Rapport de 2014 sur l'exploitation sexuelle: le PLQ embarrassé

Martin Coiteux... (PHOTO JACQUES BOISSINOT, LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Martin Coiteux

PHOTO JACQUES BOISSINOT, LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le gouvernement Couillard déposera prochainement un plan d'ensemble pour accroitre la répression policière envers les bandes de rue qui exploitent les jeunes mineures en fugue, a indiqué mercredi le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux.

Ce «plan de lutte intégré contre l'exploitation sexuelle aura une dimension policière importante», a promis M. Coiteux à l'Assemblée nationale, où le gouvernement Couillard était durement frappé par les tirs croisés de l'opposition.

Le gouvernement était plongé dans un profond embarras; la ministre responsable de la Protection de la jeunesse, Lucie Charlebois, avait affirmé qu'une vaste consultation menée sous le gouvernement Marois sur l'exploitation sexuelle n'avait pas débouché sur un rapport. Or La Presse révélait ce matin que le résumé des consultations concluait que «les centres jeunesse sont des lieux privilégiés de recrutement des mineures». Le rapport du comité interministériel, remis au gouvernement en février 2014, n'avait pas eu de suite.

«Le gouvernement libéral a décidé d'abandonner nos filles», a lancé la députée péquiste d'Hochelaga, Carole Poirier. «Chaque jour, des dizaines de jeunes filles se font passer sur le corps par des hommes inqualifiables, dans des motels miteux. Qui a décidé de ne rien faire ?», a-t-elle martelé à la période des questions.

Mal à l'aise à l'entrée du caucus des députés libéraux, la ministre Charlebois a voulu clore la controverse sur l'existence d'un rapport. «Est-ce que c'est vraiment important de s'attarder au mot rapport ou à un résumé de consultations ?», a-t-elle soutenu. «Tout le monde sait que la prostitution existe depuis toujours, qu'il y a des gangs de rue depuis toujours, que le crime organisé existe depuis toujours. Est-ce que je vais parler du passé toute la journée et toute la semaine?», s'est-elle contentée de répliquer. En Chambre, malmenée par le député caquiste André Spénard, elle a rappelé qu'un vérificateur avait été nommé dans le dossier du centre jeunesse de Laval et que l'ensemble des directeurs allaient être rencontrés.

Pour M. Spénard, le PQ est tout aussi à blâmer, parce qu'il avait choisi de ne pas publiciser les observations colligées sous son gouvernement. «La ministre ne peut se réfugier derrière un vérificateur et des rapports qui prendront un mois alors qu'on vit une situation d'urgence. L'action doit être rapide, concise, précise, et des actions doivent être prises immédiatement, considérant l'ampleur du problème», a ajouté le député beauceron.

En point de presse, le péquiste Jean-François Lisée a souligné que l'existence d'un tel constat en février 2014 montrait que depuis deux ans, le gouvernement avait choisi de fermer les yeux sur un problème dont l'existence lui était connue.

«Les informations sont très précises, les recommandations sont très précises, et donc le gouvernement avait entre les mains tous les moyens d'agir immédiatement. Plutôt que de créer un comité interministériel qui va refaire le travail qui a été fait, et qui a été bien fait, de simplement, en quelques jours, c'est possible, prendre les recommandations de ce rapport et nous dire comment il va les mettre en oeuvre et comment il va donner les moyens», a souligné M. Lisée.

Ancien ministre, il est convaincu que ces observations avaient été transmises au ministre libéral qui avait succédé à Agnès Maltais comme responsable de la Condition féminine, Stéphanie Vallée. Le secrétaire général du gouvernement avait accès aux mêmes observations, «et là, il y a quelqu'un qui a pris la décision politique d'arrêter de travailler là-dessus, de dissoudre le comité, de ne plus répondre aux demandes. Il y a quelqu'un qui a pris la décision politique de dire: ce n'est pas une priorité, la traite des jeunes femmes, l'exploitation sexuelle au Québec, ce n'est pas une priorité. Alors, qui a pris cette décision politique?», a lancé M. Lisée.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer