Couillard: l'économie mondiale, «instable», aura un impact sur le Québec

Le premier ministre Philippe Couillard.... (Photo Graham Hughes, ARCHIVES La Presse Canadienne)

Agrandir

Le premier ministre Philippe Couillard.

Photo Graham Hughes, ARCHIVES La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patrice Bergeron
La Presse Canadienne

La situation économique «instable» à l'échelle internationale inquiète le premier ministre Philippe Couillard, qui a reconnu, lundi, qu'elle aura des répercussions au Québec.

Il réagissait ainsi aux turbulences boursières du jour, notamment la chute prononcée des indices chinois qui a ébranlé les autres parquets dans le monde.

Au cours d'une annonce économique à Bécancour, dans le Centre-du-Québec, M. Couillard a d'abord rappelé que des décisions prises à des milliers et des milliers de kilomètres ont un «impact direct» sur les gens d'ici.

«Le bruissement d'aile d'un papillon à l'extrémité du globe a un impact direct à l'autre bout du monde, c'est le cas de la Chine, de l'Amérique du Nord, et de chez nous», a-t-il déclaré en conférence de presse, en faisant référence aux plus récents événements sur les marchés mondiaux.

«Tout a une répercussion», a-t-il répondu quand un journaliste lui a demandé si la situation boursière difficile en Chine allait avoir des répercussions au Québec. Il ne s'est toutefois pas avancé sur la nature des effets sur l'économie québécoise.

«La situation économique, elle est instable, elle est certainement inquiétante au plan international», a affirmé le premier ministre. Il a même qualifié cette instabilité d'«importante».

Cependant, il s'est par la suite empressé d'ajouter que le Québec est «relativement bien placé pour tirer son épingle du jeu».

La valeur en baisse du dollar canadien et la chute des cours du pétrole jouent en faveur du Québec, a estimé M. Couillard. De même, les «grands projets stratégiques» tels que le Plan Nord et la Stratégie maritime annoncée au début de l'été peuvent être mis à contribution, a-t-il poursuivi.

«Le Québec a tous les outils pour en tirer parti», a-t-il dit.

Le ministre de l'Économie, Jacques Daoust, croit pour sa part que la correction boursière de lundi n'est pas exceptionnelle.

«Il y a un phénomène qui est un peu normal dans ça. La dernière grande correction, c'est en 2008-2009. On a eu une correction aussi en 2011, mais au bout de quatre années, il n'est pas anormal que ces soubresauts-là se produisent. (...) On connaîtra certainement d'autres fluctuations comme celle-là. Quand les marchés partent, ils ne font pas ça seulement une fois», a-t-il dit lors d'une conférence de presse à Montréal portant sur un autre sujet.

«Il y a de l'inquiétude, mais l'inquiétude, vous savez, ce sont des marchés mondiaux. On pense à la Chine, qui est un marché d'exportateurs, qui doit devenir un marché de consommateurs. Ça ne se fait pas dans une journée. Deuxième chose qu'il faut se rappeler aussi, c'est que l'Europe ne fonctionne pas à plein régime, actuellement. Ils viennent de venir en aide à la Grèce; l'économie européenne actuellement a un fort taux de chômage. Alors les seules économies qui fonctionnent je dirais un peu normalement, c'est les économies nord-américaines. Et qu'on le veuille ou non, on ressent le choc de ce qui s'est produit dans les autres pays, sur les autres continents», a ajouté le ministre Daoust.

Investissement de 800 millions $

Le premier ministre Couillard était au parc industriel de Bécancour pour annoncer un investissement privé de 800 millions $ d'une entreprise en vue de construire une usine de gaz naturel liquéfié.

C'est «un des plus gros investissements industriels au Québec depuis longtemps», a assuré M. Couillard.

La construction en soi de l'usine de la société Stolt-Nielsen créera près de 200 emplois directs, tandis que son exploitation devrait en créer environ une centaine, directs et indirects.

Les installations répondront aux besoins de la Côte-Nord en gaz naturel. Le transport sera assuré par le Groupe Desgagnés, par la voie maritime, et Somavrac, une entreprise de camionnage de la Mauricie.

L'approvisionnement en gaz naturel des mines sur la Côte Nord permettra de diminuer leurs émissions de gaz à effet de serre et ainsi améliorer le bilan environnemental du Québec.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer