Ingérence au CHUM: des accusations «farfelues», dit Barrette

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette... (PHOTO CLÉMENT ALLARD, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette

PHOTO CLÉMENT ALLARD, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les accusations d'ingérence et de non-respect d'engagements lancées par l'ex-président du conseil d'administration du CHUM, Jean-Claude Deschênes, sont «complètement farfelues», soutient le ministre de la Santé, Gaétan Barrette. Sa sortie est «une opération strictement politique», selon lui.

Dans le camp libéral, on relève que M. Deschênes a donné 800$ au Parti québécois au cours des trois dernières années. C'est une attaque «dégueulasse», réplique M. Deschênes, pour qui le ministre s'est arrogé trop de pouvoirs sur le réseau.

Ce nouveau chapitre de la saga du CHUM s'est ouvert lorsque, dans une entrevue au Devoir, hier, M. Deschênes a annoncé qu'il claquait la porte de l'établissement. C'était la deuxième fois en cinq mois. En fait, ce spécialiste de la gouvernance se retire comme candidat au poste de président du conseil d'administration du CHUM. L'homme de 78 ans occupait cette fonction depuis le début de l'an dernier. Rappelons qu'avec la loi 10 sur la réorganisation du réseau de la santé, tous les conseils d'administration sont suspendus depuis le 31 mars. Québec doit constituer de nouveaux C.A. d'ici la fin de septembre.

M. Deschênes avait quitté le CHUM la première fois en mars, accusant le ministre Barrette d'ingérence dans le processus de nomination du chef du département de chirurgie. Il est revenu en poste par la suite, après une intervention du premier ministre Philippe Couillard.

Nouveau C.A.

Or, selon Jean-Claude Deschênes, le ministre Barrette a rompu des engagements qu'il avait pris pour assurer son retour. Il lui avait promis de former un nouveau C.A. rapidement, dès le mois d'avril, a-t-il raconté.

«Ça n'a jamais été dit. Je ne sais pas où il prend ça», a répliqué M. Barrette. «La seule chose qui était claire dans l'entente, c'est que sa candidature allait être considérée. Tout comme je me suis engagé sur le fait qu'il [le C.A. du CHUM] soit nommé en priorité. Mais en priorité, ça ne signifie pas que je vais passer par-dessus la loi. Encore faut-il que les experts fassent leur travail.»

Selon M. Barrette, le nouveau C.A. sera formé, «comme convenu, le premier ou dans les premiers», «bien avant le 30 septembre». M. Deschênes a réitéré que c'était contraire à la promesse d'agir rapidement. Il faisait partie des trois candidatures recommandées par le comité d'experts pour prendre la tête du C.A., a relevé le ministre.

Autre promesse rompue, au dire de M. Deschênes: le PDG n'a pas eu un accès direct au bureau du premier ministre en cas de problème. Le cabinet de Philippe Couillard soutient qu'il n'a pas reçu d'appels du CHUM.

Jean-Claude Deschênes ajoute que le ministre s'est ingéré dans le processus de nomination du chef du département de chirurgie, malgré son engagement. Le ministre Barrette réplique qu'il n'est intervenu qu'une fois, à la demande du PDG du CHUM. Au lieu de «Monsieur gouvernance», Jean-Claude Deschênes devrait être surnommé «Monsieur orgueil», a-t-il lancé.

Joint par La Presse, l'ex-président du C.A. a maintenu sa version des faits, sans entrer dans les détails. «Je ne veux pas lancer de saga médiatique», a-t-il dit. «Il n'y a aucun motif politique dans ma décision. Les lois nous donnent le droit de contribuer à un parti, et ça ne signifie pas qu'on perd tout droit de parole comme citoyen. Toute ma carrière, j'ai été très silencieux là-dessus. Que je soutienne un parti ou un autre, ça n'a rien à voir.»

«Je suis un citoyen qui, depuis 50 ans, a observé l'évolution du système de santé, et qui n'en revient pas, a-t-il ajouté. Les C.A. ne sont pratiquement plus que des symboles. Le ministre a fait un siphonnage vers le haut. Tout doit être dirigé et appuyé par le Ministère. Il y a une tutelle de facto des établissements depuis quatre mois.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer