L'épouse de Raif Badawi reçoit un certificat d'Immigration Québec

Les ministres Christine St-Pierre et Kathleen Weil, et... (Photo Graham Hughes, La Presse canadienne)

Agrandir

Les ministres Christine St-Pierre et Kathleen Weil, et l'épouse de Raif Badawi, Ensar Haidar.

Photo Graham Hughes, La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Lia Lévesque
La Presse Canadienne
MONTRÉAL

L'épouse de Raif Badawi, Ensaf Haidar, a reçu le certificat de sélection d'immigration du Québec pour motifs humanitaires au nom de son mari, jeudi à Montréal, des mains de la ministre de l'Immigration, Kathleen Weil.

C'est d'ailleurs avec quelques mots de français que Mme Haidar a remercié les Québécois et les Sherbrookois pour ouvrir grands les bras à son mari, comme ils l'ont fait pour elle et leurs trois enfants.

«Je trouve que tous les gens québécois m'ont adoptée, moi et mes enfants. Merci à tous les gens et merci au gouvernement du Québec. Merci pour tout», a-t-elle lancé.

M. Badawi est toujours emprisonné en Arabie saoudite, où il a été condamné à 10 ans d'emprisonnement et à recevoir 1000 coups de fouet pour avoir critiqué le régime sur les médias sociaux. Il a reçu les 50 premiers coups de fouet, mais depuis, les autres séances ont été reportées. Sa cause a suscité un vent de sympathie dans plusieurs pays.

Récemment, la Cour suprême d'Arabie saoudite a confirmé la peine de M. Badawi.

Interrogée après les allocutions, la ministre Weil n'a pu dire si son intervention mettrait suffisamment de pression sur le gouvernement fédéral pour qu'il accélère les choses et fasse à son tour pression sur l'Arabie saoudite afin de faire venir au Québec M. Badawi.

«Je ne peux pas répondre pour le gouvernement fédéral. Il y a beaucoup d'actions qu'on prend, et ma collègue Christine St-Pierre aussi (ministre des Relations internationales). Mais on l'a dit: c'est un geste fort, dans le sens qu'on est en train d'entamer une procédure qui dit «on veut que monsieur Badawi vienne s'installer ici avec sa famille'», a commenté la ministre Weil.

Mme Weil a convenu que la signature d'une ministre québécoise sur un tel certificat a un poids certain. «C'est sûr que ça met la lumière sur l'importance.... et c'est tout le Québec et le fait qu'on s'est tous prononcé ensemble, tous les partis. Tous les Québécois disent «on est à bras ouverts; on veut que monsieur Badawi vienne retrouver son épouse et ses enfants», a-t-elle ajouté.

Interrogée à savoir s'il y avait des précédents à un tel geste, la ministre Weil a répondu que dans son cas, à tout le moins, il s'agissait d'une première. «Je pense que c'est le geste le plus exceptionnel qu'on ait posé», a-t-elle dit.

La ministre St-Pierre était également présente à la remise du certificat, comme le député de Sherbrooke, Luc Fortin, la directrice générale d'Amnistie internationale pour le Canada francophone, Béatrice Vaugrante, ainsi que des représentants du Service d'aide aux Néo-Canadiens de Sherbrooke, qui appuient la famille.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer