Exclusif

Le PLQ a dû rembourser deux fois plus de dons que le PQ

Le Parti libéral du Québec, tout comme le... (PHOTO MARCO CAMPANOZZI, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Le Parti libéral du Québec, tout comme le Parti québécois, dit n'avoir contesté aucune réclamation du Directeur général des élections en lien avec ses enquêtes sur le financement politique illégal.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le Parti libéral du Québec a versé 171 000$ depuis deux ans au Directeur général des élections (DGE) pour rembourser des contributions politiques illégales, révèle son rapport financier.

C'est une somme presque deux fois plus élevée que ce qu'a dû rembourser le Parti québécois pendant la même période.

Dans son dernier rapport financier, déposé au DGE la semaine dernière, le PLQ indique avoir dépensé 131 402$ en 2014 pour rembourser des contributions non conformes. À cette somme s'ajoutent 39 685$ l'année précédente, soit un total de 171 087$.

Le rapport financier du PQ indique que la formation a versé 4200$ au DGE en 2014 et 85 900$ en 2013, un total de 90 100$ sur deux ans.

Ces informations sont disponibles grâce à une nouvelle norme de présentation des états financiers du DGE. Chaque rapport doit maintenant être assorti d'une annexe dans laquelle les partis précisent le montant des contributions non conformes qu'ils ont dû rembourser.

La plus grande partie du remboursement des sommes par les partis découle d'enquêtes sur le financement sectoriel, indique le porte-parole du DGE, Denis Dion. En avril 2013, l'organisme a révélé que des employés de 532 entreprises et leurs proches avaient versé près de 13 millions à des partis politiques entre 2006 et 2011.

Depuis, le DGE a distribué des dizaines de constats d'infraction à des entreprises s'adonnant à ce type d'activité, des firmes actives dans le génie-conseil, la construction, la comptabilité et le droit.

Le fait que le PLQ ait été au gouvernement pendant la plus grande période couverte par l'enquête sur le financement sectoriel explique pourquoi il a dû rembourser davantage de contributions non conformes, selon M. Dion.

«On peut penser qu'il y en a eu plus au PLQ qu'au PQ parce que c'était le parti au pouvoir», a-t-il indiqué.

Même si les partis politiques ne sont pas considérés comme responsables des contributions, le DGE leur a réclamé le remboursement des sommes touchées en vertu des stratagèmes illégaux.

Le PLQ et le PQ disent n'avoir contesté aucune réclamation du DGE en lien avec ses enquêtes sur le financement politique illégal.

«Toutes les contributions qui sont jugées non conformes sont et seront remboursées par le PLQ», a indiqué le porte-parole du parti, Maxime Roy.

«À l'interne, il n'y a aucune façon de savoir si des contributions qu'on reçoit sont conformes, explique Dominic Vallières, porte-parole du PQ. Quand le DGE trouve une contribution qu'il estime problématique, il nous envoie une lettre identifiant la ou les contributions en question et nous, on émet un chèque et on rembourse.»

Le Parti libéral et le Parti québécois affirment tous deux n'avoir aucune réclamation du DGE en suspens.

Les rapports financiers de la Coalition avenir Québec et de Québec solidaire ne font état d'aucune dépense pour rembourser des contributions non conformes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer