Péladeau reconnaît avoir sous-estimé les exigences de la vie publique

Bernard Drainville, Pierre Karl Péladeau et Alexandre Cloutier... (Photo Jocelyn Riendeau, La Tribune)

Agrandir

Bernard Drainville, Pierre Karl Péladeau et Alexandre Cloutier saluent des personnes dans l'auditoire, dimanche, à Sherbrooke.

Photo Jocelyn Riendeau, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexandre Robillard
La Presse Canadienne
Sherbrooke

Favori dans la course à la direction du Parti québécois, Pierre Karl Péladeau a reconnu, dimanche, qu'il avait sous-estimé les exigences de la vie publique.

Dans une déclaration concluant un débat des cinq candidats à Sherbrooke, M. Péladeau a fait référence à l'importance d'être à l'écoute des citoyens et disponible pour répondre à leurs questions.

«J'aimerais vous faire une petite confidence aujourd'hui, a-t-il dit. Je ne croyais pas que la vie publique pouvait être aussi exigeante. Je le vois bien depuis que je suis député de Saint-Jérôme.»

Devant une salle d'environ 500 personnes, M. Péladeau a fait cette «confidence» un peu plus d'une semaine après avoir dû s'excuser pour ses propos au sujet de l'immigration.

Lors d'un point de presse qui a suivi l'événement, M. Péladeau a cependant écarté tout rapprochement avec cette controverse suscitée durant un autre débat, organisé par des jeunes péquistes à l'Université Laval.

«Non, pas du tout, a-t-il dit. C'était justement de faire en sorte, et vous l'avez bien compris, je le répète: en politique, nous devons consulter, nous devons être à l'écoute des citoyens et c'est ce sur quoi je me suis engagé depuis le début, alors que je suis député de Saint-Jérôme.»

La semaine dernière, le candidat à la direction du PQ a annoncé l'embauche d'un spécialiste de la gestion de crise et des communications, Steve Flanagan, qui s'est fait connaître en 1998 comme porte-parole d'Hydro-Québec durant la crise du verglas.

Le candidat Pierre Céré a été le seul des cinq candidats à faire de nouveau écho, dimanche, aux propos controversés de M. Péladeau.

Dès l'ouverture du débat, M. Céré s'est servi des propos d'une immigrante qu'il a croisée pour inviter ses collègues à s'attaquer à la perception que le PQ est «ethnocentriste».

«Quand le PQ changera-t-il le discours sur l'immigration en cessant de l'utiliser comme bouc émissaire et en établissant les vraies raisons des échecs répétés? a-t-il lancé. Quand le PQ saura-t-il parler aux immigrants et les représenter?»

Dans son échange avec les journalistes, après le débat, M. Péladeau n'a pas élaboré sur les questions soulevées par M. Céré.

Ce deuxième débat organisé par le Parti québécois, qui survient à mi-course, portait sur les thèmes de la solidarité sociale, de la santé et du développement durable.

La question de l'exploitation du gaz de schiste a notamment été abordée. 

À une question sur son programme pour les personnes âgées de 60 ans et plus, Bernard Drainville a affirmé qu'au prochain référendum sur la souveraineté, le spectre de la perte du régime de pensions de vieillesse du fédéral ne sera plus un bon argument, puisque Ottawa a décidé de ne pas indexer ces prestations.

M. Péladeau a affirmé qu'il ne croit pas à la nécessité de faire plus de place au secteur privé dans les soins de santé au Québec. M. Péladeau s'est dit pour «davantage de public et mieux de public».

Alexandre Cloutier a rappelé qu'il aura 41 ans lors des prochaines élections en 2018, pour faire taire ceux qui croient qu'il n'est pas prêt à occuper des fonctions comme celle de chef de parti et premier ministre.

Le vote des militants pour l'élection du prochain chef péquiste est prévu à la mi-mai.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer