Les aspirants-chefs du PQ divisés sur Anticosti

L'île d'Anticosti... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

L'île d'Anticosti

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une ligne de faille sur l'avenir du pétrole d'Anticosti est apparue entre les prétendants à la direction du Parti québécois (PQ), cet après-midi, lors de leur deuxième débat officiel.

Pierre Karl Péladeau a qualifié ces ressources «d'atout majeur pour la souveraineté», alors que Martine Ouellet, Alexandre Cloutier et Pierre Céré ne veulent pas les voir être exploitées. 

Bernard Drainville pour sa part, attendrait les analyses scientifiques avant de se prononcer, mais est loin d'être fermé à l'exploitation.

«Nous allons faire le tour de cette opportunité exceptionnelle pour le Québec indépendant», a fait valoir le candidat favori des sondages Pierre Karl Péladeau. Comme dans d'autres dossiers, il a promis de consulter les Québécois sur la question. Même son de cloche du côté de Bernard Drainville. «Les Québécois ont le droit de savoir ce qu'il y a à Anticosti. Et par la suite on prendra la décision éclairée qu'on voudra bien prendre», a-t-il dit.

L'ex-ministre des Ressources naturelles Martine Ouellet a semblé prendre ses distances du programme d'exploration lancé par le gouvernement Marois - qu'elle avait elle-même annoncé. La candidate a dit vouloir mettre une croix Anticosti, mais pas avant un nouveau BAPE. «Il y a plusieurs qui pensent que c'est le Klondike» et il faut démontrer le contraire, a-t-elle plaidé. 

Alexandre Cloutier veut fermer le dossier immédiatement. Il a souligné que le pétrole d'Anticosti serait du pétrole de schiste, un hydrocarbure non-conventionnel qui serait plus polluant à exploiter.

La ligne de division entre aspirants chefs sur Énergie Est est un peu différente : tous les candidats s'opposent clairement au projet d'oléoduc sauf Pierre Karl Péladeau. Ce dernier veut une «consultation» des citoyens et met l'accent sur la nécessité «d'acceptabilité sociale». Il a toutefois ajouté que le dossier étaient malheureusement entre les mains d'Ottawa, une situation qui ne peut être solutionnée que par la souveraineté.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer