La souveraineté minée par la démographie et l'immigration, dit Péladeau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le vieillissement de la population et l'immigration font en sorte que la fenêtre se referme pour le mouvement souverainiste, a affirmé Pierre Karl Péladeau, hier soir, lors d'un débat tenu à l'Université Laval. Une déclaration qui a promptement été dénoncée par ses quatre adversaires dans la course à la direction du Parti québécois.

Le favori dans la course à la succession de Pauline Marois a affirmé que le PQ devait s'efforcer de toute urgence de convaincre les Québécois d'adhérer à son option.

«On n'a pas 25 ans devant nous», a déclaré le député de Saint-Jérôme lors d'un échange portant sur le thème de la souveraineté.

«Avec la démographie, avec l'immigration, c'est certain qu'on perd un comté à chaque année, a-t-il précisé. On aimerait pouvoir mieux la contrôler, mais on ne se fait pas d'illusions. Qui prend en charge les immigrés qui viennent s'installer ici? C'est le gouvernement fédéral. Certes, nous avons une compétence partagée, mais on prête serment à la reine.»

Désaccord

Son rival Alexandre Cloutier, son interlocuteur lors de ce face à face, a promptement exprimé son désaccord.

«Pour moi, l'immigration n'a rien à voir là-dedans, a-t-il affirmé. Moi, je rêve de rallier tous les Québécois sans exception et je rêve que le PQ soit représentatif de l'ensemble de la population telle qu'elle existe.»

Au terme des échanges, le jeune candidat s'est dit «surpris» par les propos de M. Péladeau. Il a précisé qu'à ses yeux, les néo-Québécois «ne sont pas des adversaires».

Les autres adversaires du député de Saint-Jérôme ont également dénoncé ses commentaires.

«Notre responsabilité comme hommes et femmes politiques, c'est de convaincre nos concitoyens, a dit Bernard Drainville. Et moi, je ne fais aucune distinction entre un concitoyen dont les ancêtres sont arrivés ici en 1650 et un autre concitoyen dont la famille est arrivée à Dorval la semaine passée.»

«Les nouveaux Québécois, il faut travailler avec eux, a renchéri Martine Ouellet. Je pense que l'immigration est une force au Québec.»

Pierre Céré a dénoncé au cours du débat le «repli identitaire» opéré ces dernières années par le PQ. Au terme de la soirée, il a jugé que les commentaires du meneur de la course sont «extrêmement malheureux et extrêmement dommageables» pour le parti.

«C'est le malaise, a dit M. Céré. Non seulement ce qui a été dit l'a été de façon maladroite, je crois, mais c'est qu'une partie de la salle a applaudi. Et les propos étaient assez clairs et limpides.»

Questionné sur ses déclarations, M. Péladeau a affirmé en fin de soirée qu'il n'avait aucune intention de présenter les immigrants comme une menace pour le projet indépendantiste. Il a dit vouloir améliorer l'intégration des nouveaux arrivants.

«Le Québec s'est enrichi de la diversité des gens qui sont venus s'y installer, a-t-il dit. Et jamais, d'aucune façon, nous n'allons cesser cette richesse, cet enrichissement lié à l'augmentation de la diversité.»

Question référendaire

Le débat de l'Université Laval, organisé par le Comité national des jeunes du PQ, avait été plutôt calme jusque là. Les échanges ont été courtois, et ils ont surtout mis en relief les divergences entre les candidats sur la question référendaire.

Martine Ouellet et Bernard Drainville ont croisé le fer sur la question de l'échéancier référendaire. Mme Ouellet, qui souhaite que le PQ tienne un référendum dans un premier mandat, a critiqué le plan du député de Marie-Victorin, qui propose de reporter la consultation si l'électorat n'y est pas favorable.

Mme Ouellet, ancienne ministre des Ressources naturelles, a également essuyé des critiques de Pierre Céré. Le candidat a déploré que les candidats dénoncent tous le transport de pétrole albertain alors que le gouvernement Marois ne s'est pas opposé à l'inversion du pipeline d'Enbridge.

La première portion du débat, consacrée à l'éducation, s'était déroulée sous le signe de la bonne entente. Les candidats se sont unanimement déclarés solidaires du «printemps érable» qui a mobilisé le mouvement étudiant en 2012.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer