Dernier blitz pour l'élection complémentaire dans Richelieu

Le candidat du PQ Sylvain Rochon (à droite)... (PHOTO OLIVIER JEAN, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Le candidat du PQ Sylvain Rochon (à droite) et le chef intérimaire Stéphane Bédard lors d'un rassemblement, le 20 janvier.

PHOTO OLIVIER JEAN, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
SOREL-TRACY

Les candidats à l'élection complémentaire dans la circonscription de Richelieu, qui se déroulera lundi, effectuent un dernier blitz de campagne ce week-end.

Ce scrutin a dû être déclenché à la suite de la démission de la députée et ancienne ministre péquiste Élaine Zakaïb, le 29 septembre dernier.

Le comté de Richelieu est considéré comme un château fort péquiste, mais si l'on se fie à un sondage publié au début de la campagne, la lutte serait serrée.

La Coalition avenir Québec dit croire en ses chances de déloger le Parti québécois. Son candidat est le gestionnaire Jean-Bernard Émond.

L'ancien conseiller politique de Mme Zakaïb, l'ex-journaliste Sylvain Rochon, défend les couleurs du PQ.

Le Parti libéral fait confiance à Benoît Théroux, qui travaille dans le secteur des services financiers et en assurance de personnes.

Marie-Ève Mathieu, professeure de littérature, est la candidate de Québec solidaire.

Le chef du parti Option nationale, Sol Zanetti, est aussi dans la course, de même que trois autres candidats.

Québec solidaire veut s'implanter dans Richelieu

La porte-parole parlementaire de Québec solidaire et députée de Gouin reconnaît que les chances de voir sa formation effectuer une percée dans Richelieu sont bien minces.

En entrevue à La Presse Canadienne samedi, Françoise David a, d'abord, insisté sur le fait que son camp dispose d'une «bonne candidate» dans cette circonscription en la personne de Marie-Ève Mathieu, une professeure de littérature reconnue pour ses fortes convictions écologistes.

Toutefois, Mme David a ajouté que son parti a des «ambitions modestes» en prévision du scrutin qui est sur le point de s'y tenir.  Elle a expliqué qu'à ce stade-ci, ses troupes se contentent d'essayer de s'enraciner dans Richelieu.

La représentante de Gouin à l'Assemblée nationale a spécifié que Québec solidaire «n'a pas encore d'association dans ce comté-là mais que grâce à l'élection partielle, son équipe pense, à un moment donné, être capable d'en fonder une».

Elle a poursuivi en mentionnant qu'elle espère que la campagne aura permis aux siens de «gruger un peu de terrain aux autres, de présenter leurs idées, de parler à la population ... pour se faire mieux connaître et apprécier».

La bataille dans Richelieu entre dans son dernier droit en fin de semaine.

L'élection partielle dans cette circonscription, qui comprend notamment les communautés de Sorel-Tracy, Yamaska et Saint-Ours, se déroulera lundi.

Pas moins de huit candidats se font la lutte dans le but de succéder à l'ancienne députée provinciale de Richelieu, la péquiste Élaine Zakaïb, qui avait démissionné en septembre dernier.

«Dans tout ça, ce qui est intéressant c'est le débat d'idées. C'est le fait que les gens du comté ont la possibilité de rencontrer différentes personnes, divers candidats et candidates. À partir de ça, ils vont prendre leur décision. C'est la démocratie», a conclu Françoise David.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer