Modulation des tarifs: après les garderies, l'électricité?

Bien qu'il assure qu'aucune décision n'est prise, le... (PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Bien qu'il assure qu'aucune décision n'est prise, le ministre des Ressources naturelles, Pierre Arcand, n'a pas écarté hier la possibilité de moduler les coûts de l'électricité afin que les gros consommateurs résidentiels paient un tarif proportionnellement plus élevé.

PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(QUÉBEC) Le gouvernement Couillard n'exclut pas d'augmenter les tarifs d'électricité pour les ménages qui occupent une «grande maison».

Bien qu'il assure qu'aucune décision n'est prise, le ministre des Ressources naturelles, Pierre Arcand, n'a pas écarté hier la possibilité de moduler les coûts de l'électricité afin que les gros consommateurs résidentiels paient un tarif proportionnellement plus élevé.

Des experts ont défendu cette proposition au cours d'une table ronde tenue vendredi dernier pour façonner la future Politique énergétique du Québec.

«Il y a eu des propositions qui ont été faites, des propositions par des experts, a indiqué M. Arcand en réponse à une question à l'Assemblée nationale. [...] Ceux qui ont de grandes maisons, ceux qui consomment beaucoup, peut-être pourraient-ils avoir un tarif particulier parce que ces gens-là, en général, ont les moyens de le faire.»

«Le gouvernement, bien sûr, n'a pas pris de décision sur ces questions-là», a ajouté M. Arcand.

Le ministre a dit vouloir éviter que de futures hausses de tarifs pénalisent les ménages à faible revenu. Il a aussi rappelé que les tarifs d'électricité au Québec sont les plus faibles en Amérique du Nord.

Au bureau de M. Arcand, on précise que la nouvelle Politique énergétique ne sera dévoilée qu'à la fin de 2015. On se donne donc plusieurs mois pour réfléchir à la question, d'autant plus que les consultations publiques n'en sont qu'à leurs premiers pas. On rappelle par ailleurs que toute modification dans les tarifs d'électricité devra être approuvée par la Régie de l'énergie.

Le PQ inquiet

Mais pour le Parti québécois, il est clair que le gouvernement Couillard a fait son nid. Le député Bernard Drainville rappelle que les libéraux ont opté pour la modulation en fonction du revenu lorsqu'ils ont haussé les tarifs de garderie, une stratégie qui a heurté de plein fouet la classe moyenne, dit-il. «Quand les libéraux nous proposent une hausse de tarifs, l'expérience qu'on a, c'est que ça finit par frapper la classe moyenne, a dit M. Drainville. Et vous pouvez être certains que toute hausse de tarifs qui frappe la classe moyenne, nous, [...] on va bloquer ça.»

Il somme le ministre Arcand de définir les critères qu'il compte utiliser pour déterminer quels ménages subiront une hausse tarifaire.

Le député de Marie-Victorin soupçonne le gouvernement Couillard de chercher à hausser les tarifs d'électricité dans le but d'augmenter la valeur d'Hydro-Québec et éventuellement de privatiser cette société d'État.

«Si tu veux privatiser, ton premier objectif, c'est d'aller chercher le maximum d'argent, et pour ça, il faut que tu fasses augmenter la valeur d'Hydro, a dit M. Drainville. Et il n'y a rien comme une augmentation des revenus, donc une augmentation des tarifs, pour ce faire.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer