Deux adversaires pressent Péladeau de prendre une décision concernant Québecor

Pierre Karl Péladeau... (PHOTO ULYSSE LEMERISE, COLLABORATION SPECIALE)

Agrandir

Pierre Karl Péladeau

PHOTO ULYSSE LEMERISE, COLLABORATION SPECIALE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexandre Robillard
La Presse Canadienne
Laval

Deux candidats à la direction du Parti québécois (PQ) ont pressé Pierre Karl Péladeau, favori dans la course, de prendre une décision rapidement concernant ses actions de Québecor, afin d'éviter tout risque de conflit d'intérêts d'ici au choix du successeur de Pauline Marois.

L'automne dernier, M. Péladeau s'était engagé à placer ses actifs dans une fiducie sans droit de regard s'il est élu chef en mai prochain, ce qui ne satisfait pas la députée Martine Ouellet.

En marge d'un conseil national du PQ à Laval, Mme Ouellet, candidate elle aussi, a affirmé samedi que M. Péladeau devait agir dès maintenant.

«Il aura des décisions à prendre pour s'assurer de ne pas se mettre en situation de conflit d'intérêts, a-t-elle dit. (...) Je pense que comme candidat aussi, il a une décision à prendre et cette décision actuellement elle n'est pas encore prise.»

Mme Ouellet, ancienne ingénieure à Hydro-Québec, a rappelé qu'elle a dû démissionner de son poste, dont elle avait pris un congé sans solde, quand Pauline Marois l'a nommée ministre des Ressources naturelles, en 2012.

«Je n'étais pas en conflit d'intérêts, mais j'ai pris les décisions qui s'imposaient, a-t-elle dit. J'ai pris mes responsabilités et c'est à M. Péladeau maintenant de prendre ses responsabilités.»

Pierre Céré, lui aussi dans la course, a fait un parallèle entre l'actionnaire de contrôle de Québecor et le film «Citizen Kane», qui raconte la soif de pouvoir d'un magnat de la presse aux États-Unis.

Selon M. Céré, M. Péladeau ne doit pas attendre d'être élu chef pour s'assurer que ses activités politiques ne causent aucune interférence dans les filiales de Québecor, qui incluent Le Journal de Québec et le réseau TVA.

«Ce n'est pas très clair ce qu'il veut faire avec ça, a-t-il dit. Il nous dit: «les gens disent qu'ils m'appuient, il n'y en a pas de problème. Je peux continuer comme ça.» Non M. Péladeau ne peut pas continuer comme ça. Est-ce que «Citizen Péladeau» est en train de se payer un parti politique?»

Lors d'un point de presse, avant l'ouverture d'un conseil national du PQ, M. Céré a affirmé que plusieurs personnes veulent faire taire les critiques sur ce sujet afin de protéger M. Péladeau, qui est perçu comme un «sauveur».

«Ce que je constate, c'est qu'en ce moment beaucoup de gens veulent mettre le couvercle sur la marmite parce que Pierre Karl Péladeau devient en quelque sorte une sorte de sauveur, a-t-il dit. Et on refuse de faire la radiographie de ce qui s'est passé. On refuse de faire les nécessaires débats qu'on a besoin de faire.»

Par la suite, M. Péladeau a répondu par une boutade et il s'est étonné que M. Céré rapporte qu'il est difficile de le critiquer.

«Le PQ n'a jamais été à vendre, a-t-il dit. Peut-être qu'il s'est trompé de parti. Il devrait parler du Parti libéral du Québec.»

M. Céré a invité ses adversaires dans la course à prendre une position claire sur ce sujet, mais l'un d'eux, le député Bernard Drainville, a estimé que l'engagement de M. Péladeau lui inspirait confiance.

«Il y a un problème, Pierre Karl le reconnaît, propose des façons de le régler avec la fiducie sans droit de regard, et avec ce mur entre lui et ses salles de nouvelles et ses journalistes, a-t-il dit. Moi je prends la parole.»

Environ 450 délégués du PQ sont réunis pour la fin de semaine dans un hôtel de Laval à l'occasion d'un conseil national sur les grandes orientations à adopter.

L'événement a été l'occasion pour les cinq aspirants-chefs de s'adresser aux militants samedi avant-midi, trois jours après le lancement officiel de la course.

Un sondage publié samedi confirme une nouvelle fois que M. Péladeau est le favori des sympathisants péquistes, avec 63% des intentions de vote, suivi de Mme Ouellet, qui recueille 10% d'appuis. Alexandre Cloutier obtient 9%, Bernard Drainville, 7%, et Pierre Céré, 1%.

M. Drainville a estimé que l'avance de M. Péladeau s'expliquait par son statut de personnalité du monde des affaires et des médias.

«Je pense que l'effet de la nouveauté joue, c'est indéniable et il y a l'aspect notoriété, célébrité, a-t-il dit. Je pense que c'est évident que c'est un facteur. Maintenant, je pense qu'en fin de compte ce sont les idées qui feront la différence.»

Publié par Le Devoir et Le Journal de Montréal, le sondage Léger a été effectué du 2 au 5 février auprès de 1036 répondants interviewés sur Internet.

Samedi, M. Péladeau n'a pas précisé s'il déciderait ou non de faire un référendum sur la souveraineté dès le premier mandat d'un gouvernement péquiste qui serait élu en 2018 au prochain scrutin. Il s'engage plutôt à mener une opération pour convaincre les Québécois des bienfaits de l'indépendance d'ici les prochaines élections.

«Je ne suis pas rendu passé 2018, a-t-il dit. Nous sommes aujourd'hui en 2015, il y a une course à la direction du PQ. Je m'engage pour les trois années et demi suivantes à travailler pour que nous puissions convaincre les Québécois des bienfaits.»

De son côté, M. Drainville en a profité pour nuancer sa position sur la question. Après s'être engagé à ne pas tenir de référendum d'ici 2023, le candidat affirme qu'il pourrait en décider autrement suivant la conjoncture au prochain scrutin de 2018.

«Il y a beaucoup de militants qui m'ont dit ça: tu devrais te donner jusqu'en 2018 pour décider si on a assez d'appuis pour décider de faire un référendum, a-t-il dit. (...) Sur le moment où on doit prendre cette décision-là, je suis d'accord qu'on la prenne en 2018.»

Par ailleurs, M. Péladeau a pris la tête en récoltant l'appui d'un sixième député, ce qui le place devant M. Drainville, qui en compte cinq, et M. Cloutier qui en a deux.

Claude Cousineau, qui représente la circonscription de Bertrand, a expliqué que l'expérience en affaires de M. Péladeau en faisait le bon candidat, bien qu'il soit le moins expérimenté.

«Évidemment ça fait six mois qu'il est en politique, il a du travail à faire, mais on est là nous pour l'appuyer et on est là pour l'aider», a-t-il dit.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer