Élection partielle le 9 mars prochain dans le comté de Richelieu

Richelieu était représenté par l'ancienne ministre Élaine Zakaïb... (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Richelieu était représenté par l'ancienne ministre Élaine Zakaïb jusqu'à sa démission en septembre dernier.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
QUÉBEC

Le conseil des ministres a adopté le décret autorisant le déclenchement d'une élection partielle dans la circonscription de Richelieu le 9 mars prochain pour remplacer la députée péquiste démissionnaire Élaine Zakaïb.

L'ancien journaliste Sylvain Rochon - qui a également été conseiller politique de Mme Zakaïb - sera le candidat du PQ alors que l'entrepreneur Jean-Bernard Émond portera les couleurs de la CAQ. Au cours des dernières semaines, les deux formations d'opposition ont tenu leur caucus pré-sessionnel à Sorel-Tracy, question de mousser leur candidat respectif.

Les libéraux ont choisi Benoît Théroux, qui travaille dans le secteur des services financiers et en assurance de personnes depuis une trentaine d'années, pour porter les couleurs de leur parti dans la circonscription. M. Théroux a récemment confié à La Presse Canadienne qu'il prévoyait une «lutte à trois partis», alors que la Coalition avenir Québec y voit plutôt un duel PQ-CAQ.

Québec solidaire aura Marie-Ève Mathieu comme porte-étendard. Mme Mathieu est professeure de littérature à l'École nationale d'aérotechnique.

Lors des dernières élections, Élaine Zakaïb avait raflé une majorité de 3659 voix sur le candidat caquiste et de 4008 voix sur le représentant libéral. En septembre dernier, Mme Zakaïb avait annoncé son retrait de la vie politique moins de six mois après sa réélection. Elle avait alors joint les rangs de Jacob, une entreprise de commerce de détail issue de Sorel-Tracy, où elle a occupé les postes de chef de la restructuration et de vice-présidente, stratégie et finances.

Ministre déléguée à la Politique industrielle et à la Banque de développement économique du Québec dans l'éphémère gouvernement péquiste de Pauline Marois, Mme Zakaïb n'avait jamais caché sa passion pour l'entreprenariat. Avant son départ, elle occupait la fonction de porte-parole de l'opposition officielle pour le Conseil du trésor et les technologies de l'information.

Moins d'un mois après l'annonce de l'embauche de Mme Zakaïb, Jacob a annoncé la fermeture définitive de ses portes et la liquidation de tous ses stocks.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer