Les péquistes souhaitent tourner la page sur 2014

Le candidat péquiste dans Richelieu, Sylvain Rochon, entouré... (PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE)

Agrandir

Le candidat péquiste dans Richelieu, Sylvain Rochon, entouré de Stéphane Bergeron, Véronique Hivon, Stéphane Bédard, Pierre Karl Péladeau et Martine Ouellet.

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Après leur cuisante défaite électorale d'avril 2014, le Parti québécois souhaite «tourner la page». En prévision de l'élection partielle qui doit se dérouler dans Richelieu, la formation politique a tenu hier soir un rassemblement militant où les principales attaques étaient dirigées contre le gouvernement «d'austérité» libéral.

Le chef intérimaire, Stéphane Bédard, croit que le contexte politique actuel permettra surtout à son parti de montrer ce qu'il peut offrir de différent aux Québécois.

«On est contents, effectivement, que 2014 soit derrière nous. Souhaitons pour tous les Québécois que 2015 soit plus réjouissante qu'elle donne l'apparence de l'être actuellement», a-t-il dit en entrevue.

En plus du chef intérimaire, près d'une vingtaine de députés du caucus péquiste se sont déplacés à Sorel-Tracy pour appuyer le candidat local, Sylvain Rochon. Tous les prétendants à la direction du parti étaient présents, à l'exception de Jean-François Lisée, de retour au pays aujourd'hui.

Un «test» pour les libéraux

La circonscription de Richelieu est vacante depuis le départ d'Élaine Zakaïb, en septembre dernier. Le gouvernement a donc l'obligation de déclencher une élection partielle, mais la date n'est pas encore connue. La circonscription de Richelieu appartient au PQ depuis 1994.

«Moi, je le vois comme un test pour le Parti libéral», a dit Stéphane Bédard, faisant référence au bilan du parti depuis qu'il a été porté au pouvoir.

Visiblement déjà en campagne, Sylvain Rochon a lui aussi décoché quelques flèches en direction du gouvernement Couillard.

«Nous avons deux choix: subir ou s'unir. Dans Richelieu, on va s'unir», a-t-il dit à la centaine de militants réunis. À la fin de la soirée, l'aile parlementaire du Parti québécois a pris le chemin de Saint-Jean-sur-Richelieu, où se tient aujourd'hui leur caucus présessionnel.

Au tour de la CAQ d'annoncer son candidat

Le chef caquiste François Legault a annoncé hier que Jean-Bernard Émond, conseiller politique de la députée Nathalie Roy, sera le candidat de son parti pour l'élection partielle dans Richelieu. M. Émond avait porté les couleurs de la CAQ dans la même circonscription en 2012. Au Parti libéral, trois candidats s'affronteront lors d'une assemblée d'investiture, le 25 janvier: Sylvain Dupuis, Nancy Sheridan et Benoît Théroux. Le Parti québécois est représenté par Sylvain Rochon, qui a été conseiller politique des députés Sylvain Simard et Élaine Zakaïb. Cette dernière a démissionné en septembre, ce qui force la tenue de l'élection partielle. Le gouvernement a jusqu'à la fin mars pour déclencher le scrutin. 

- Tommy Chouinard

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer