L'avion de Péladeau sur l'écran radar

Pierre Karl Péladeau... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Pierre Karl Péladeau

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Pierre Karl Péladeau se retrouve sur l'écran radar du Directeur général des élections (DGE) parce qu'il nolisera un avion à l'occasion d'une tournée des régions de cinq jours.

Le DGE veut déterminer si l'aspirant-chef doit comptabiliser les coûts de location de l'appareil dans ses dépenses de campagne, plafonnées à 400 000$, selon les règles du parti.

En vertu de ces règles, qui reprennent les termes de la Loi électorale, «les frais de transport d'un candidat» ne sont pas considérés comme une dépense électorale «s'ils ne font pas l'objet d'un remboursement».

Le porte-parole du DGE, Denis Dion, soutient que l'initiative de M. Péladeau est «analysée» parce que le recours à un avion nolisé dans une campagne à la direction d'un parti, «c'est nouveau, c'est inusité, et c'est une grosse dépense». «Il faut voir comment la loi s'applique à cette dépense. Est-ce que cette dépense pour noliser un avion doit rentrer dans le 400 000$ ou ne pas être dans le 400 000$? Est-ce que le fait de noliser un avion est ou pas une dépense, quand le candidat ne demande pas le remboursement de cette dépense?»

La loi du DGE

Le responsable au PQ de l'organisation de la course, l'ex-ministre Jacques Léonard, s'en remet à la loi du DGE. «Les candidats ont un plafond de dépenses, chacun a son budget, ils en connaissent les limites», dira-t-il.

Même l'avion du magnat de la presse, «c'est régi par un article de la loi du DGE qui spécifie le contour des dépenses pour les candidats», observe M. Léonard. Il précise ne pas avoir eu vent d'une requête d'Alexandre Cloutier, candidat d'une région excentrique, le Saguenay, qui plaide pour que les déplacements des candidats ne soient pas comptabilisés.

L'attaché de presse de M. Péladeau, Marc-André de Blois, a indiqué qu'au moins les trois quarts des frais de nolisement seront comptabilisés dans les dépenses électorales puisqu'il y aura demande de remboursement. C'est la part des coûts de transport des membres de l'équipe de M. Péladeau qui l'accompagnent dans sa tournée. Pour le reste, le magnat de la presse déterminera plus tard s'il demandera ou non un remboursement, donc si le quart restant sera inscrit lui aussi dans son carnet de dépenses de campagne. «Tout se fait selon les règles», a martelé M. Blois.

Au Parti québécois, on estime que la part des coûts de transport en avion nolisé des membres de l'équipe de M. Péladeau doit être inscrite au carnet des dépenses de campagne, selon les règles de la course. Le candidat peut choisir de ne pas inscrire sa partie (le quart s'il y a au total quatre personnes à bord).

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer