La CAQ dénonce le retour en force des «extras» au MTQ

Pour les neuf premiers mois de l'année 2014,... (Photo Rocket Lavoie, Archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Pour les neuf premiers mois de l'année 2014, la CAQ a relevé que le MTQ a accordé 123 «extras» sur des contrats à des entrepreneurs, pour un total de 96,2 millions de dollars.

Photo Rocket Lavoie, Archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(QUÉBEC) Les dépassements de coûts au ministère des Transports ont augmenté depuis l'élection du Parti libéral, a affirmé jeudi le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault. Mais ses chiffres ont été contestés avec véhémence par le ministre des Transports, Robert Poëti.

La CAQ a obtenu par la Loi sur l'accès à l'information une série de données sur les dépassements de coûts dans les contrats du MTQ. Cette compilation révèle que le montant total des « extras », qui diminuait d'année en année depuis 2010, a rebondi en 2014.

Depuis la victoire du Parti libéral aux élections du 7 avril, le MTQ a octroyé près de 74 millions en extras selon la compilation de la CAQ. C'est presque autant que dans toute l'année 2010, la pire des cinq dernières années.

« Les compagnies qui sont mentionnées sont des compagnies qui sont passées devant la Commission Charbonneau, ce sont des compagnies qui ont beaucoup donné au Parti libéral au cours des dernières années, a-t-il dit. Il y a une drôle de coïncidence et j'attends des réponses de M. Couillard. »

Le chef caquiste montre du doigt le ministre des Transports, Robert Poëti, qu'il accuse de se comporter en « spectateur » devant la multiplication des dépassements de coûts. Il ne demande pas sa démission, mais presse le premier ministre Philippe Couillard de le surveiller de près.

« De toute évidence, on a un ministre des Transports qui ne prend pas au sérieux son rôle de premier gestionnaire de contrats de milliards de dollars », a dénoncé M. Legault.

Des données inexactes, dénonce Poëti

Or, les données de la CAQ sont « inexactes », a rétorqué le ministre Poëti en entrevue hier soir.

Le versement d'extras - ou d'avenants - ne signifie pas nécessairement que le montant final d'un contrat sera plus cher, explique-t-il. Par exemple, si le MTQ embauche une entreprise pour bâtir un pont, les extras qu'il lui verse pour une excavation plus difficile que prévu peuvent très bien être compensés par des économies dans la construction des autres composantes du pont.

Sur plus de 25 000 contrats attribués par le MTQ depuis 2009, 83% ont été conclus en deçà du montant prévu à l'origine, a indiqué M. Poëti.

« Il fausse la réalité », a-t-il dénoncé.

Le ministre juge farfelue la demande de M. Legault qu'il s'implique davantage dans le processus d'attribution des extras. Au contraire, dit-il, il faut éviter de politiser ce processus, qui est par ailleurs strictement réglementé pour éviter le gonflement indu du coût des contrats.

« Je pose des questions sur les chiffres, je pose des questions sur les avenants, je pose des questions sur montant payé entre l'estimé de départ et l'estimé fini et ça m'apparaît exemplaire, a dit M. Poëti. On fait des gains et des économies chaque année. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer