CPE: malgré sa promesse, Couillard justifie la fin du tarif unique

La Presse révélait en septembre que le gouvernement a... (PHOTO ARCHIVES LA TRIBUNE)

Agrandir

La Presse révélait en septembre que le gouvernement a décidé de mettre fin au tarif unique dans les garderies subventionnées en 2015. Le tarif serait modulé en fonction du revenu familial des parents.

PHOTO ARCHIVES LA TRIBUNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le premier ministre Philippe Couillard justifie la fin du tarif unique dans les garderies subventionnées malgré sa promesse électorale. Augmenter le tarif en fonction du revenu familial des parents est une mesure « juste et équitable », plaide-t-il. L'opposition l'accuse de se livrer à « attaque directe contre la classe moyenne ».

La Presse révélait en septembre que le gouvernement a décidé de mettre fin au tarif unique dans les garderies subventionnées en 2015. Le tarif serait modulé en fonction du revenu familial des parents.

Le scénario s'est précisé depuis, comme l'indique Le Devoir mercredi. Le tarif de base de 7,30 $ passerait à 8 $ par jour à compter du 1er avril. Il y aurait une « contribution additionnelle » pouvant aller jusqu'à 12 $. Cette contribution serait exigée au moment de la production de la déclaration de revenus.

Ainsi, les familles ayant un revenu net de moins de 75 000 $ paieraient 8 $ par jour et n'auraient pas à débourser davantage. Celles qui ont un revenu entre 75 000$ et 100 000 $ devraient débourser au total entre 8$ et 12 $. Le tarif total se situerait entre 12$ et 15$ pour les familles ayant un revenu de 100 000 $ à 150 000 $. Il serait de 15 $ à 20$ pour celles qui gagnent entre 150 000$ et 200 000 $.

La ministre de la Famille, Francine Charbonneau, s'est contentée de dire qu'il s'agit d'une « hypothèse », de « spéculations ». Philippe Couillard a quant à lui défendu la mesure, sans confirmer la grille tarifaire.

Il a soutenu que le tarif unique fait en sorte que  « les plus fortunés sont traités de la même façon que les moins fortunés «. La modulation selon le revenu des parents permettra de « préserver » le programme des garderies subventionnées, « le plus généreux au Canada ». Il veut que le régime soit «juste et équitable pour l'ensemble de la population selon leur revenu». 

Il a ajouté que « les familles à bas revenus et les familles de la classe moyenne à revenus modestes » seront protégées.

« Le chat sort du sac : il confirme une hausse de taxe, une taxe famille », a tonné le chef intérimaire du Parti québécois, Stéphane Bédard.

Selon lui, « c'est une véritable trahison par rapport à ce qui avait été promis en campagne électorale ». Philippe Couillard s'était engagé à limiter à l'inflation la hausse du tarif dans les garderies subventionnées. Il avait qualifié de « choc tarifaire » la hausse de 2$ par jour que voulait imposer le gouvernement Marois.

« Il y aura un choc tarifaire pour la classe moyenne, a lancé Stéphane Bédard. Le gouvernement s'attaque à la classe moyenne. » Les contribuables sont déjà « étranglés », et le gouvernement pige davantage dans leurs poches, a ajouté M. Bédard.

Philippe Couillard répète depuis des mois qu'il n'alourdira pas le fardeau des contribuables. « C'est l'engagement qu'on a pris, mais en même temps, quand on avait présenté la commission sur la fiscalité (...), on a dit à ce moment-là qu'on allait regarder la possibilité de fiscaliser les frais de garde, donc ce n'est pas quelque chose de nouveau », a réagi le ministre des Finances, Carlos Leitao.

« Malgré sa prétendue tendance au progressisme, l'opposition officielle fait le contraire, elle fait en sorte d'assurer la permanence d'un transfert des moins fortunés vers les plus fortunés», a accusé M. Couillard.

De son côté, le ministre de l'Éducation, Yves Bolduc, n'a pas voulu confirmer que la même modulation du tarif s'appliquera dans les services de garde en milieu scolaire. Cette question sera analysée, a-t-il dit.

L'Association québécoise des centres de la petite enfance et l'Association des garderies privées du Québec condamnent la fin du tarif unique. Elles plaident que le régime d'imposition fait déjà en sorte que les contribuables paient en fonction de leur revenu. De son côté, la Coalition des garderies privées non subventionnées appuie la mesure. Celle-ci permettra selon elle d'établir une forme d'équité par rapport aux parents qui envoient leurs enfants dans ses établissements.

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • CPE: une manifestation s'organise

    Sherbrooke

    CPE: une manifestation s'organise

    Le milieu des centres de la petite enfance de l'Estrie s'organise en vue des manifestations qui auront lieu dimanche dans toutes les régions du... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer