Marois tentée par un scrutin le 14 avril

Si Pauline Marois dépose son budget dès la... (Photothèque La Presse)

Agrandir

Si Pauline Marois dépose son budget dès la reprise des travaux, le 11 mars, avec un appel aux urnes dès le lendemain, elle ne laissera que six périodes des questions à Philippe Couillard pour se faire valoir en Chambre.

Photothèque La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Pauline Marois presse le pas. La machine du Parti québécois (PQ) et le gouvernement travaillent désormais à un scénario de campagne électorale déclenchée autour du 12 mars, pour un scrutin le 14 avril.

Mme Marois avait promis un budget à la fin du mois d'avril, mais en fait, le processus de préparation budgétaire est déjà engagé au ministère des Finances. Les fonctionnaires sont déjà assermentés, et les agents de sécurité sont postés à la porte du Ministère, autant d'indices que le budget pourrait être déposé beaucoup plus tôt, si elle le désire.

Les députés sont rappelés au travail le 11 février, pour deux courtes semaines avant deux semaines de relâche scolaire. Si elle dépose son budget dès la reprise des travaux, le 11 mars, avec un appel aux urnes dès le lendemain, Mme Marois ne laissera que six périodes des questions à Philippe Couillard pour se faire valoir en Chambre.

La date de déclenchement la plus probable, soit le mercredi 12 mars pour un scrutin le 14 avril, est désormais carrément évoquée partout dans le parti et dans les officines gouvernementales. «Ce sont les dates discutées», convient-on, tout en précisant tout de suite que la décision n'est pas arrêtée. Mais ce scénario offre plusieurs avantages, souligne-t-on du même souffle. Il laisse d'abord aux députés leurs deux semaines de relâche scolaire, un élément important pour l'humeur des troupes. En outre, cette période de trêve en Chambre soustrait temporairement le gouvernement aux tirs groupés de l'opposition. Au surplus, ce scénario permet de boucler toute l'opération avant Pâques.

Taux de satisfaction

Les derniers sondages ont galvanisé les stratèges péquistes. Au-delà de la hausse des intentions de vote pour leur parti, un chiffre attire surtout leur attention: chez les francophones, la satisfaction à l'endroit du gouvernement atteint 44% chez CROP et 45% chez Léger Marketing, ce qui porte à croire que l'appui au PQ a un bon potentiel de croissance avec une campagne bien ciblée.

De plus, comme le gouvernement est clairement en panne dans la région de Québec, où il n'a qu'un siège, ces chiffres laissent prévoir que des circonscriptions de Lanaudière, des Laurentides et de la Montérégie assureront au PQ la majorité qu'il vise. Les sondages de janvier ont été déterminants. CROP avait vu une remontée de la satisfaction et des intentions de vote pour le PQ dès décembre - des chiffres que la firme a retrouvés en janvier. Léger Marketing a suivi, avec un mois de décalage.

Signes clairs

Les signes de l'entourage de Pauline Marois sont clairs: le déclenchement des élections ne tardera pas, et le budget «autour de Pâques», le 20 avril, soit le seul indice qu'avait donné publiquement Mme Marois jusqu'ici, n'est plus dans les cartes. Dans les cabinets, les employés politiques sont prévenus: personne ne doit partir en vacances dans les semaines à venir. Le directeur du PQ, Sylvain Tanguay, a déjà passé des commandes et retenu des collaborateurs pour le positionnement de la campagne imminente.

D'ici là, les annonces gouvernementales vont pleuvoir. C'était hier la politique jeunesse; lundi prochain, Sylvain Gaudreault annoncera sa politique de «mobilité durable», maintes fois reportée. La commission Charbonneau a déjà indiqué qu'elle poursuivrait ses travaux même durant une campagne électorale, mais elle s'apprête à aborder la question de la violence dans les chantiers de construction, une filière moins explosive du point de vue politique.

Au bureau du Directeur général des élections, Denis Dion explique que les locaux des directeurs de scrutins sont déjà ciblés dans plus de 90% des circonscriptions. Les directeurs et les directeurs adjoints sont convoqués pour une séance de formation le 25 février.

Le quartier général du PQ a prévenu ses antennes régionales de se tenir prêtes en prévision du déclenchement d'élections.

Des sources précisent que la rencontre des présidents des 125 associations de circonscription du PQ prévues le 15 mars n'est pas un obstacle au déclenchement d'élections le 10 mars.

Autre signe d'un déclenchement probable d'élections en mars: le gouvernement Marois a passé une commande aux ministères. Il leur a demandé de terminer, avant la fin du mois de février, tous les dossiers en cours pouvant faire l'objet d'annonces rapidement.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer