Charte: la députée libérale Houda-Pepin contre la ligne du PLQ

Fatima Houda-Pepin s'est dit «sidérée, blessée et choquée» par... (Photo fournie par le PLQ)

Agrandir

Fatima Houda-Pepin s'est dit «sidérée, blessée et choquée» par les déclarations récentes de son collègue Marc Tanguay sur le tchador.

Photo fournie par le PLQ

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jocelyne Richer
La Presse Canadienne

La députée libérale Fatima Houda-Pepin refuse de se taire plus longtemps. Elle est en rupture avec la position de son parti sur la laïcité de l'État et a décidé de se vider le coeur, dans une lettre transmise aux médias.

> La lettre de la député libérale

Se disant «sidérée, blessée et choquée» par les déclarations récentes de son collègue Marc Tanguay sur le tchador, elle a fait parvenir à l'agence une lettre dans laquelle elle se demande s'il faut en conclure que son parti a pris pour modèle d'égalité hommes-femmes des pays comme l'Arabie saoudite et l'Iran.

Mme Houda-Pepin, musulmane d'origine marocaine et depuis longtemps préoccupée par la montée de l'intégrisme, gardait le silence depuis des mois sur la charte des valeurs et refusait toutes les demandes d'entrevue portant sur la position du Parti libéral du Québec (PLQ), qui s'oppose à toute interdiction de porter des signes religieux, quels qu'ils soient, si le visage est découvert.

Dans son texte, véritable coup de gueule, la députée de La Pinière depuis 1994 y affirme que le PLQ doit au contraire accepter de limiter les droits, même fondamentaux, «quand l'intérêt public l'exige», dans ce cas-ci au nom de l'égalité entre hommes et femmes.

Elle donne une perspective historique à sa démarche. Car il y a des précédents, fait valoir la députée, rappelant que le premier ministre Robert Bourassa avait légiféré en faveur des droits collectifs en matière d'affichage commercial, à la fin des années 80, n'hésitant pas à invoquer la clause dérogatoire pour soustraire le Québec aux chartes des droits, québécoise et canadienne.

«Est-il nécessaire de rappeler que le Parti libéral du Québec a déjà limité la liberté d'expression (liberté fondamentale) en matière d'affichage commercial, par voie législative, et qu'il a même eu recours à la clause nonobstant pour soustraire sa loi à la Charte des droits et libertés de la personne du Québec et à la Charte canadienne des droits et libertés? Oui, en démocratie, il est permis d'interdire, quand l'intérêt public l'exige. L'égalité homme-femme est un droit fondamental qui demeure un acquis fragile à l'ère des intégrismes qui caractérise notre siècle. Il faut le protéger et le défendre et non le mettre en péril», écrit-elle dans son brûlot, qui tient en un peu plus d'une page et s'intitule: «Je suis libérale et fédéraliste et je suis contre le tchador à l'Assemblée nationale».

C'est le contenu d'un article de La Presse Canadienne diffusé mardi qui a soulevé la colère de la députée, et elle a décidé d'y réagir par écrit. En entrevue, le député libéral porte-parole en matière de laïcité, Marc Tanguay, affirmait que la position du PLQ sur les signes religieux signifiait qu'une femme portant le tchador serait la bienvenue parmi les candidates du PLQ aux prochaines élections. Il ajoutait que, par respect absolu des libertés fondamentales, il se sentirait parfaitement à l'aise de siéger aux côtés d'une députée recouverte d'un tchador.

«C'est la goutte qui a fait déborder le vase», écrit Mme Houda-Pepin, en précisant que jamais cette question du tchador n'avait été soulevée en caucus.

«Est-ce que c'est ça le modèle de l'égalité homme-femme que le Parti libéral du Québec veut maintenant présenter à la face du Québec? Est-ce que les Québécoises ont fait tout ce chemin pour en arriver à prendre comme modèle de l'égalité hommes-femmes celui de l'Arabie saoudite ou de l'Iran des Ayatollahs?», s'interroge la députée, qui dit s'exprimer en son nom personnel.

La belle unanimité du caucus libéral sur cette question, autour du chef Philippe Couillard, est donc désormais chose du passé.

La position actuelle de M. Couillard constitue donc, à ses yeux, une rupture avec l'histoire du Parti libéral, au chapitre de l'avancement des femmes et de la neutralité religieuse de l'État.

«Suis-je encore dans le Parti libéral dont les élites politiques et intellectuelles se sont relayées pendant un siècle, pour mener un combat courageux pour la séparation de l'Église et de l'État au Québec? Suis-je encore au Parti libéral d'Adélard Godbout qui a accordé aux Québécoises le droit de vote et d'éligibilité des femmes, un droit gagné de haute lutte par les suffragettes et les militantes libérales? Suis-je encore au Parti libéral du même Adélard Godbout qui a institué l'école obligatoire forçant les parents de toutes les régions du Québec à scolariser leurs enfants, garçons et filles?», ajoute la députée.

Puis, elle enfonce le clou: «Suis-je encore au Parti libéral du Québec de la Révolution tranquille qui a fait élire la première femme députée à l'Assemblée législative, Marie-Claire Kirkland, qui a mis fin à la tutelle des femmes en faisant adopter la loi sur la capacité juridique de la femme mariée?»

«Quand on connaît la signification du tchador et de sa variante afghane, le tchadri, comment peut-on justifier l'acceptation d'un tel symbole dans ce haut lieu de notre démocratie qu'est l'Assemblée nationale?», poursuit-elle.

Celle qui se bat depuis des années au sein du parti pour qu'il s'oppose plus vigoureusement à l'intégrisme religieux ne peut donc concevoir que le PLQ envisage d'ouvrir ses portes à des candidates pudiquement cachées sous un grand voile noir, symbole de misogynie et d'oppression.

«Je refuse toute dérive vers le relativisme culturel sous couvert de religion, pour légitimer un symbole, comme le tchador, qui est l'expression même de l'oppression des femmes, en plus d'être la signature de l'intégrisme radical», écrit-elle.

Dans sa lettre, elle ne formule aucune demande précise à l'intention de son parti ou de son chef, et n'indique pas comment elle entrevoit la suite des choses.

Ancienne vice-présidente de l'Assemblée nationale, seule députée de confession musulmane, Mme Houda-Pepin prépare un projet de loi pour lutter contre l'intégrisme.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer