Exclusif

Élections automnales: un pari risqué pour Marois

Pauline Marois... (Photo Martin Chamberland, La Presse)

Agrandir

Pauline Marois

Photo Martin Chamberland, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Au moment où Pauline Marois jongle avec la possibilité de déclencher des élections générales, la maison de sondage CROP lance un gros pavé dans la mare. Même si le Parti québécois (PQ) gruge lentement l'avance du Parti libéral du Québec (PLQ) dans les intentions de vote, Mme Marois «n'aurait qu'une très mince chance» d'obtenir le mandat majoritaire qu'elle désire, résume Youri Rivest, vice-président de CROP.

Avec ces résultats, «elle a des chances de perdre. Elle a des chances de gagner, minoritaire. Les chances de gagner majoritaire sont là, mais plutôt minces. C'est un pari extrêmement risqué!», constate le sondeur qui observe, à partir des «seconds choix» des répondants, que le PQ «n'a pas beaucoup de potentiel de croissance».

L'enquête réalisée du 17 au 21 octobre, auprès de 1000 internautes, montre que la satisfaction à l'endroit du gouvernement Marois n'a pas bougé depuis l'été. En dépit de la flopée d'annonces économiques des dernières semaines, 61% des Québécois se disent toujours mécontents de la gouvernance à Québec, exactement le même niveau qu'en septembre. La proportion d'électeurs «satisfaits» reste à 35%, identique au niveau de septembre, un point de mieux seulement qu'en août. «On se serait attendu à ce que la satisfaction augmente, or elle ne bouge absolument pas», observe Rivest. Les Québécois sont aussi moroses que par le passé, 62% croient que le Québec va dans la mauvaise direction.

Pour le sondeur, ce niveau de satisfaction est déterminant et constitue un plafond de verre au-delà duquel un parti politique peut difficilement parvenir. Ainsi, aux dernières élections, les libéraux de Jean Charest avaient rejoint, grosso modo, le niveau de satisfaction du gouvernement libéral dans les suffrages exprimés.

Intentions de vote

38%
Parti libéral du Québec
34%
Parti québécois
15%
Coalition avenir Québec
8%
Québec solidaire

Sondage CROP

Le PQ rattrape le PLQ

Sur le plan des intentions de vote, le PQ continue de gruger l'avance du PLQ, en passant de 30 à 34% en un mois après répartition des 12% d'indécis. Les libéraux grimpent de trois points, passant de 35 à 38%, environ le niveau obtenu à l'arrivée de Philippe Couillard, au printemps. En août, le PQ traînait 11 points derrière les libéraux, et son retard n'est désormais que de 4 points.

Chez les francophones, le PQ domine avec 41% des intentions de vote, 12 points de mieux que les libéraux, à 29%. Le PLQ tient le haut du pavé dans l'île de Montréal, à 47% contre 23% pour le PQ, et dans la région de Québec, à 45% contre 21%. Dans la couronne de Montréal, de même que dans le reste du Québec, le PQ arrive premier, avec 41% des intentions de vote, tandis que le PLQ obtient 33%. Avant les élections de 2012, le PQ avait 16% d'avance sur le PLQ chez les francophones, et n'a tout de même obtenu qu'un mandat minoritaire.

Du côté de la Coalition avenir Québec (CAQ), rien ne va plus. Le parti de François Legault glisse de six points, de 21 à 15%. Il renoue avec le niveau d'appuis de l'Action démocratique du Québec avant la fusion des deux partis. Dans la province, la CAQ ne fait guère mieux que 16%, hormis dans la région de Québec, son château fort, où elle arrive deuxième avec 24%. Mince consolation, observe Youri Rivest, la CAQ a davantage de potentiel à la hausse, elle est souvent vue comme un second choix pour les péquistes comme pour les libéraux. Ce n'est pas plus rose du côté de Québec solidaire, qui voit ses intentions de vote tomber de 11 à 8% en un mois.

«On revient à l'ancien monde; libéraux contre péquistes. Legault existait dans un nouveau monde, celui de la troisième voix. Or, la situation se polarise, avec la Charte des valeurs, et la CAQ se fait coincer par ce clivage», résume le sondeur.

Pauline Marois plus populaire

La popularité personnelle de Mme Marois est en hausse; elle dépasse désormais d'un point Philippe Couillard quand on demande quel chef ferait le meilleur premier ministre. Mme Marois est passée de 20 à 23% en octobre, tandis que Philippe Couillard a reculé, de 27 à 22%. Pour le sondeur Youri Rivest, «c'est un indicateur bien moins fort que la satisfaction». Ces résultats sont directement liés à la visibilité récente des deux politiciens - Mme Marois s'est associée à plusieurs annonces économiques, Philippe Couillard a été plutôt absent au cours des dernières semaines. François Legault, quant à lui, récolte 13% au jeu du «meilleur chef», deux points de moins qu'en septembre.

_______________________________________

Méthodologie

CROP a sondé 1000 internautes par le truchement d'un panel web, du 17 au 21 octobre. Les résultats ont été pondérés afin de refléter la distribution de la population adulte du Québec selon le sexe, l'âge, la région de la résidence, la langue maternelle et le niveau de scolarité des répondants. Puisqu'il s'agit d'un échantillon non probabiliste (le choix des répondants n'est pas aléatoire), le calcul de la marge d'erreur ne s'applique pas.

Les appuis à la Charte en hausse

L'appui de la population au projet de Charte des valeurs, déposé en septembre par le ministre Bernard Drainville, augmente. Après plus d'un mois de débat public, l'opinion est plutôt cristallisée, croit Youri Rivest, analyste de CROP. «Le débat a changé, du débat général sur la laïcité, on est rendu à un référendum sur le port du foulard par les musulmans», observe-t-il.

Ainsi, en octobre, 50% des gens se disent plutôt ou très favorables au projet de Charte, contre 42% le mois précédent. Inversement, le groupe de ceux que la Charte indispose diminue, ils comptent pour 41% actuellement, contre 45% il y a un mois. Ceux qui n'ont pas d'opinion devant cet enjeu diminuent aussi, passant de 13 à 10%.

Changement de clientèle

Avec le débat sur la Charte, on observe une mutation intéressante dans les appuis du Parti québécois, analyse le sondeur. Certains signes montrent que la clientèle péquiste est moins scolarisée qu'avant, une impression difficile à prouver avec la petitesse des échantillons. En revanche, le mouvement apparaît clairement en ce qui a trait au sexe des répondants. Le PQ est devenu le parti de prédilection des hommes, lui qui, jusqu'ici, faisait surtout recette chez les femmes. En août, 26% des hommes votaient pour le PQ, en octobre, Mme Marois engrange 39% des intentions de vote masculines, un effet net du projet de Charte, croit Youri Rivest.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer