Les forces indépendantistes s'unissent

Bernard Landry, photographié en juin 2010.... (Photo: David Boily, archives La Presse)

Agrandir

Bernard Landry, photographié en juin 2010.

Photo: David Boily, archives La Presse

Partager

Différentes forces souverainistes s'allient pour ranimer la flamme indépendantiste. Maintenant réunies sous le parapluie de la Convergence nationale, elles tiendront un congrès en mai prochain.

La Convergence nationale a été lancée ce matin à Montréal en présence des porte-parole du Nouveau mouvement pour le Québec (NMQ), instigateur de cette coalition, de l'ancien premier ministre du Québec, Bernard Landry, du nouveau président du Conseil de la souveraineté, Gilbert Paquette, et du comédien Alexis Martin.

«Ce n'est pas une organisation enregistrée et ce n'est pas un parti politique, a précisé d'entrée de jeu le co-porte-parole du NMQ, Jocelyn Desjardins. La Convergence nationale, c'est le nom d'un projet de mobilisation citoyenne.»

Le premier congrès de la Convergence nationale, qui réunira des militants indépendantistes de toutes les régions du Québec, doit se tenir du 10 au 12 mai prochain à Montréal. Ce congrès sera l'occasion de concevoir une stratégie et d'élaborer une plateforme commune à tous les indépendantistes en vue des prochaines élections. Formule d'alliance électorale, scrutin proportionnel, méthode d'accession à l'indépendance: aucun sujet ne sera tabou, assurent les organisateurs.

Selon Bernard Landry, il est plus que jamais nécessaire que les différentes forces souverainistes s'unissent. «D'une certaine manière nous n'avons plus droit à l'erreur, a-t-il souligné. Il y a des fractures qui ont divisé le mouvement souverainiste autrefois et qui ne doivent plus le diviser. L'indépendance n'est ni à gauche, ni à droite, elle est en avant.»

La Convergence nationale dit avoir obtenu l'appui des partis politiques indépendantistes qui siègent tous au Conseil de la souveraineté. «C'est au nouveau mouvement à articuler la collaboration concrète avec les différentes instances des partis», a ajouté Gilbert Paquette, lequel succède à Gérald Larose, à la tête du Conseil.

Les représentants de la Convergence nationale ont demandé une rencontre à ce sujet avec le Parti québécois. Le co-porte-parole du NMQ, Jocelyn Desjardins, espère que les partis indépendantistes adopteront des résolutions favorables au mouvement. Aucun élu du Parti québécois, de Québec Solidaire, d'Option nationale ou du Bloc québécois n'était présent à la conférence de presse ce matin.

Selon Bernard Landry, l'adhésion des partis politiques à la Convergence nationale est cruciale. L'ancien premier ministre ne doute pas de l'engagement du Parti québécois envers la cause. «Le Parti québécois est un parti indépendantiste, rappelle-t-il. Mme Marois le dit et le répète. Évidemment, la conjoncture d'un gouvernement minoritaire ne favorise pas la proposition d'un référendum. Le fond des choses, c'est l'engouement de la population pour (un référendum). Et cette convergence va faire renaître un désir, suivi d'un enthousiasme pour retrouver l'état d'esprit qu'on a eu en 1995.»

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer