Tony Tomassi encore éclaboussé

Le ministre de la Famille, Tony Tomassi... (Photo: PC)

Agrandir

Le ministre de la Famille, Tony Tomassi

Photo: PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le ministre Tony Tomassi entretenait l'ambiguïté, mais l'affaire est sortie au grand jour jeudi. Le Groupe Genco, que préside son père Donato Tomassi, a bel et bien réalisé des travaux de construction dans au moins une garderie subventionnée depuis l'arrivée au pouvoir des libéraux en 2003, selon TVA.

Genco a obtenu en 2006 un contrat de 200 000$ pour rénover les locaux de la garderie privée De chenille à papillon, située sur le boulevard Viau à Montréal. À l'époque, Tony Tomassi était député de LaFontaine et adjoint parlementaire du premier ministre Jean Charest.Il a été directeur général de Genco de 1997 à 2003, jusqu'au moment de faire son entrée en politique. Selon le registre des entreprises, l'actionnaire majoritaire de l'entreprise est son père, Donato Tomassi, important organisateur.

Le propriétaire de la garderie, Mario Ranallo, a dit à TVA que le nom de Donato Tomassi lui a été suggéré par le propriétaire de l'immeuble du boulevard Viau, Vincenzo D'Alessio. M. Ranallo a versé 250$ au PLQ en 2007. Il dit ne pas connaître Tony Tomassi.

De chenille à papillon a ouvert ses portes le 7 août 2006, mais n'a touché des subventions du ministère de la Famille qu'à partir du 3 décembre 2007.

L'affaire est intrigante à bien des égards. Car selon la Régie du bâtiment, le Groupe Genco n'a plus de licence depuis août 2005. L'entreprise a pourtant fait des travaux de construction l'année suivante, selon les déclarations de Mario Ranallo.

À l'Assemblée nationale, quelques heures avant le reportage de TVA, le ministre de la Famille, Tony Tomassi, a refusé de répondre à la question martelée depuis deux jours par le député péquiste Nicolas Girard. «Est-ce que, depuis 2003, le Groupe Genco ou une entreprise apparentée, appartenant à des membres de sa famille, a fait des travaux de rénovation ou de construction dans des garderies?» a demandé M. Girard sans relâche.

Tony Tomassi s'est contenté de reconnaître que Genco avait obtenu le contrat de rénovation d'un centre de la petite enfance - une garderie publique - en 2001-2002, sous un gouvernement péquiste. «Nous avons obtenu la soumission parce que nous étions les plus bas soumissionnaires, nous avons fait les travaux. Et, M. le président, ça arrête là», a-t-il dit. À la sortie de la Chambre, le ministre a fui les journalistes qui lui demandaient si, effectivement, «ça arrête là».

Mercredi, M. Tomassi a expliqué que contrairement à un CPE dont la construction est financée par l'État, «chaque service de garde privé assume l'entièreté des coûts de construction». «Il a le droit de faire faire les travaux par n'importe qui. Le ministre et le Ministère ne colligent pas cette information, parce que c'est d'intérêt privé», a-t-il dit.

Cette affaire plonge le premier ministre Jean Charest dans l'embarras, lui qui a dit jeudi que les «insinuations» et les «allégations» du PQ sont «gratuites». Tony Tomassi a la mission de «soutenir les familles», et «il le fait bien», a-t-il ajouté.

La chef péquiste, Pauline Marois, a demandé de nouveau la tête du ministre Tomassi, sur la sellette depuis des mois en raison des allégations de favoritisme à l'égard de donateurs libéraux dans l'attribution de places subventionnées. Elle a demandé si M. Tomassi «est maintenu en poste parce qu'il réussit à recueillir 350 000$ en une seule soirée» pour le Parti libéral.

 

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer