Fête nationale: St-Pierre fustige les souverainistes radicaux

La ministre de la Culture, Christine St-Pierre... (Photo: Robert Skinner, La Presse)

Agrandir

La ministre de la Culture, Christine St-Pierre

Photo: Robert Skinner, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Martin Ouellet
La Presse Canadienne
Québec

L'exclusion de deux formations musicales anglo-montréalaises d'un spectacle de la Fête nationale a été dénoncée sans réserve lundi par les libéraux et les péquistes.

La ministre de la Culture, Christine St-Pierre, a pointé du doigt la frange «intolérante» du mouvement souverainiste tandis que le porte-parole de l'opposition officielle en matière de langue, Pierre Curzi, a appelé les responsables à faire marche arrière.

M. Curzi et Mme St-Pierre s'opposent à la décision de l'Association culturelle Louis-Hébert d'exiger le retrait des groupes Bloodshot Bill et Lake of Stew du spectacle alternatif «L'Autre St-Jean», qui aura lieu le 23 juin à Montréal.

Les deux groupes anglophones devaient se produire aux côtés de Malajube, Vincent Vallières, Les Dale Hawerchuck et Marie-Pierre Arthur.

Commanditaire de l'événement, l'Association culturelle Louis-Hébert - un organisme proche de la Société Saint-Jean-Baptiste - ne veut que des chansons en français et refuse de tolérer la présence de groupes exerçant leur art dans la langue de Shakespeare.

Pour la ministre St-Pierre, cela démontre qu'il «y a des gens qui sont très intolérants et qui voudraient que l'on vive dans une sorte de bulle».

Selon elle, les éléments les plus radicaux de la mouvance souverainiste ont une réaction «épidermique» face à l'anglais.

«Nous savons où se loge la Société Saint-Jean-Baptiste (une instance du Mouvement national des Québécois). Il y a la défense de la langue, mais aussi la souveraineté. Ils disent qu'ils veulent une société inclusive. Alors il n'y a pas de raison d'exclure des Québécois», a dit la ministre en entrevue à La Presse Canadienne.

Les anglophones ont aussi bâti le Québec et ne sont pas moins Québécois que leurs compatriotes francophones de souche, a ajouté Mme St-Pierre.

«Les anglophones sont parmi nous depuis 250 ans. Ce sont des Québécois. Bien sûr, c'est le français qui est à l'honneur à la Fête nationale, mais les Québécois veulent vivre dans une société inclusive, ce qui comprend les anglo-québécois», a-t-elle lancé.

Son vis-à-vis du Parti québécois, Pierre Curzi, n'a pas voulu vilipender les membres de l'Association culturelle Louis-Hébert. Il estime néanmoins que la décision d'exclure les groupes anglophones de la fête ne tient pas la route.

«Ils étaient peut-être animés de bonnes intentions, mais ils devront revenir sur cette mauvaise décision. Pour ma part, je trouve ça très bien que des groupes anglophones s'associent à la Fête nationale. Cela démontre que notre société est ouverte», a dit M. Curzi.

Il y a un an, le député Curzi avait été passablement varlopé pour s'être associé à une pétition exigeant que le chanteur britannique Paul McCartney entonne des chansons de Félix Leclerc - en français bien sûr - sur les Plaines d'Abraham. Depuis ce temps, il manoeuvre avec prudence dans le dossier linguistique.

En fin d'après-midi, lundi, l'affaire a continué à prendre de l'ampleur.

Dans un communiqué de presse, l'Association culturelle de Louis-Hébert a désavoué les commentaires de l'administrateur à l'origine de la controverse, précisant que cette position n'a jamais été entérinée par le conseil d'administration de l'organisme.

Si la participation des groupes qui chantent en anglais a été remise en question, ce n'est pas à cause de leurs chansons anglophones mais pour des raisons de sécurité, a avancé l'association. «Quelques rumeurs de manifestation ont circulé et nous ne voulions pas compromettre le caractère festif et familial de l'activité, a indiqué Julien Larocque-Dupont, le porte-parole du groupe. Nous avions peur que la Ville annule le spectacle s'il y avait une menace de manifestation.»

Mandatée par l'Association Louis-Hébert pour mettre sur pied «L'Autre St-Jean», la firme C4 Productions a annoncé qu'elle maintenait, pour l'instant, Lake of Stew et Bloodshot Bill à la programmation.

En incluant les prestations des autres artistes à l'affiche, le spectacle de six heures comportera 40 minutes en anglais, souligne un communiqué des producteurs.

De son côté, le Mouvement national des Québécois (MNQ), qui coordonne la Fête nationale du Québec, a qualifié la controverse de «dérive médiatique».

«La Fête nationale du Québec est celle de tous les Québécois, peu importe leur langue ou leur affiliation politique. Aussi, nous avons convoqué les différents intervenants afin de trouver une solution à la présente situation», a indiqué Chantale Trottier, présidente du MNQ.

La rencontre, à laquelle participera C4 Productions, aura lieu mardi.




À découvrir sur LaPresse.ca

  • <i>L'Autre St-Jean</i>: des appuis et des critiques

    National

    L'Autre St-Jean: des appuis et des critiques

    La Fête nationale doit être célébrée en français, affirme l'Association culturelle Louis-Hébert, commanditaire du spectacle L'Autre St-Jean,... »

  • Yves Boisvert | Une fête «nationale», hein ?

    Yves Boisvert

    Une fête «nationale», hein ?

    Amenez-nous un groupe africain, des rappeurs vietnamiens ou des trombonistes finlandais, on trouve ça mignon comme tout. C'est la Fête nationale!... »

  • Les politiciens marchent sur des oeufs

    National

    Les politiciens marchent sur des oeufs

    L'exclusion de deux groupes anglophones d'un spectacle de la Fête nationale est «triste», affirme la ministre de la Culture, Christine St-Pierre.... »

  • Des débats passionnés

    National

    Des débats passionnés

    Les souverainistes sont loin d'être unanimes à appuyer l'exclusion de deux groupes anglophones d'un spectacle de la Fête nationale. Pendant que les... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer