Un enseignant demande un blâme contre Khadir

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Imitant le geste du journaliste irakien Muntadhar Al-Zeidi,... (La Presse, Bernard Brault)

Agrandir

Imitant le geste du journaliste irakien Muntadhar Al-Zeidi, le Dr Khadir et d'autres manifestants avaient lancé des chaussures en direction d'une photographie du président américain la semaine dernière devant le consulat américain à Montréal.

La Presse, Bernard Brault

Ian Bussières
Le Soleil

(Québec) Déplorant la participation du député de Québec solidaire Amir Khadir à une manifestation contre le président américain George W. Bush, un enseignant du Cégep de Sainte-Foy, Gilbert Gagnon, a décidé de porter plainte au président de l'Assemblée nationale.

Imitant le geste du journaliste irakien Muntadhar Al-Zeidi, le Dr Khadir et d'autres manifestants avaient lancé des chaussures en direction d'une photographie du président américain la semaine dernière devant le consulat américain à Montréal.«Moi non plus, je n'aime pas le président Bush, mais je trouve que le geste n'est pas acceptable. Il encourage la violence, et son geste constitue selon moi un manquement grave à la dignité et aux devoirs d'un député», indique M. Gagnon, qui demande à l'Assemblée nationale de prendre les mesures qui s'imposent.

Le professeur du département d'imagerie médicale n'apprécie pas non plus le message que lance ce geste. «Moi, je ne voudrais pas que mes élèves se mettent à me lancer des souliers! Peut-être que c'est un geste accepté en Irak, mais pas ici.»

M. Gagnon n'espère rien de moins qu'une réprimande officielle de la part du président de l'Assemblée nationale envers le député de Mercier, premier représentant de Québec solidaire à siéger à Québec. «J'ai envoyé mon message à François Gendron, qui était président avant le déclenchement des élections, et on m'a envoyé un accusé de réception en plus de m'assurer qu'on le transmettrait au prochain président, qui sera nommé lors de la reprise des travaux de l'Assemblée nationale le 13 janvier», explique-t-il.

Comme Michaud

L'enseignant compare la situation à celle de l'ex-député Yves Michaud, envers lequel le gouvernement péquiste de Lucien Bouchard avait adopté une motion de blâme dénonçant ses propos tenus envers les minorités ethniques lors des États généraux sur le français en 2000.

M. Michaud avait alors soutenu que les Juifs avaient le sentiment «d'être le seul peuple au monde qui a souffert dans l'histoire de l'humanité» en plus de qualifier l'organisation juive B'nai Brith de «phalange extrémiste du sionisme mondial».

«M. Michaud n'était même pas député quand il a tenu ces propos controversés, alors que M. Khadir l'est. Il faut responsabiliser cet homme-là», conclut M. Gagnon, ajoutant qu'il avait également songé à porter plainte auprès du Collège des médecins du Québec.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer