Le cannabis au coeur des discussions entre le Québec et l'Ontario

La légalisation du cannabis sera au coeur des discussions lors du septième... (123RF)

Agrandir

123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Caroline Plante
La Presse Canadienne
QUÉBEC

La légalisation du cannabis sera au coeur des discussions lors du septième Conseil des ministres conjoint Québec-Ontario qui se tient vendredi, à Québec.

Dès leur arrivée au Centre des congrès, les ministres des gouvernements québécois et ontarien ont insisté sur l'importance d'harmoniser les règles entourant le cannabis, afin, entre autres, de ne pas faire naître un commerce transfrontalier.

L'Ontario a déjà déterminé que jusqu'à 150 magasins, gérés par le gouvernement, pourront vendre de la marijuana lorsqu'Ottawa légalisera son usage récréatif l'été prochain. Ces points de vente seront supervisés par la LCBO, la Régie des alcools de l'Ontario.

Queen's Park a également annoncé que l'âge minimal pour consommer, acheter et posséder du cannabis récréatif en Ontario sera de 19 ans, tout comme l'alcool.

«Nous partageons une frontière, donc le mieux c'est de s'aligner le plus possible», a déclaré le ministre de la Santé ontarien, Eric Hoskins, en affirmant être heureux de voir les deux provinces mettre l'accent sur la prévention et la santé publique.

«Ce n'est pas une question de fusionner les approches», a toutefois nuancé le ministre.

Pour sa part, la ministre déléguée à la Santé publique, Lucie Charlebois, qui a mené une série de consultations publiques sur le cannabis, promet le dépôt d'un projet de loi-cadre cet automne.

Elle a invoqué cette semaine que le cannabis pourrait se vendre sept ou huit dollars le gramme au Québec; l'Ontario entend plutôt le vendre autour de 10 dollars le gramme.

«C'est prématuré, a affirmé la ministre Charlebois, vendredi. Quand on aura la loi qui va encadrer le cannabis, quand ça va être en vigueur, on va se garder une marge de manoeuvre pour toujours être en souplesse pour pouvoir ajuster le prix au besoin parce qu'il faut contrer le marché noir.»

Le prix du cannabis ne sera donc pas inscrit dans la loi, a-t-elle expliqué, mais sera déterminé plus tard, par règlement.

La journée sera aussi consacrée à officialiser l'entrée de l'Ontario dans le marché du carbone. Le gouverneur de la Californie, Edmund G. Brown, est présent pour l'occasion.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer