Freeland et Tillerson condamnent les violences alimentées par la haine

Rex Tillerson a accueilli son homologue canadienne Chrystia... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

Rex Tillerson a accueilli son homologue canadienne Chrystia Freeland à Washington, mercredi.

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexander Panetta
La Presse Canadienne

Les ministres des Affaires étrangères du Canada et des États-Unis ont condamné conjointement les violences alimentées par le racisme à Charlottesville, en Virginie. Chrystia Freeland a même ajouté que les gens ont la responsabilité de dénoncer de tels actes.

Au milieu de la fureur déclenchée par les événements, et par la gestion du président Donald Trump, Chrystia Freeland et Rex Tillerson ont profité de leur rencontre pour prendre position publiquement, mercredi.

Mme Freeland, qui est à Washington pour le début officiel des pourparlers sur l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA), a rendu visite au secrétaire d'État américain dans son bureau.

Le secrétaire d'État a été le premier à aborder le sujet. Devant les journalistes présents, M. Tillerson a d'abord souligné que le Canada et les États-Unis sont des amis proches avec des valeurs communes - notamment la liberté et la tolérance.

Il a dit vouloir ajouter sa voix aux condamnations relativement aux événements en Virginie, où des suprémacistes blancs se sont réunis et une contre-manifestante antiracisme a été tuée lorsqu'une voiture a foncé dans une foule. «Il n'y a tout simplement pas de place pour cela dans le discours public», a tranché M. Tillerson.

Mme Freeland a présenté ses condoléances, en plus de ce qu'elle a qualifié de condamnation sans équivoque du racisme haineux.

La ministre des Affaires étrangères du Canada a affirmé qu'il était important de se prononcer publiquement contre les actes haineux - contre lesquels le Canada, a-t-elle souligné, n'est pas immunisé, rappelant la récente attaque dans une mosquée de Québec.

Les deux politiciens ont ignoré des journalistes leur demandant en haussant le ton s'ils étaient en accord avec la manière controversée du président Donald Trump de commenter ces événements.

Le président Trump a d'abord blâmé les deux camps de protestataires, puis, quelques jours plus tard, a dénoncé sans réserve les suprémacistes blancs, avant d'exprimer ses regrets de voir les médias ne pas lui accorder de crédit, puis finalement revenir à blâmer les deux camps.

L'incident a laissé le président encore plus isolé, de nombreux membres de son propre parti ayant condamné son comportement. Le départ d'importants hommes d'affaires de son équipe de conseillers économiques l'a forcé à dissoudre le comité, mercredi.

Il a aussi provoqué de la colère.

À l'extérieur du Département d'État, un chauffeur de taxi nommé Lajuan Edwards s'emportait dans une émission de radio, mercredi. Il a dit sentir une douleur réelle en voyant ce qui se passe dans son pays.

Il dit voir l'élection de Donald Trump, et son comportement, comme un contrecoup raciste en réaction au fait d'avoir eu un président noir pendant huit ans.

«J'ai un sentiment horrible. C'est comme une gifle dans mon visage», a confié l'homme d'origine afro-américaine.

«Je ne peux pas croire que cela s'est produit. Nous sommes passés du premier président noir à cela. C'est comme s'ils avaient dit: «Vous l'avez eu votre président noir. Maintenant, reprenez votre place».»




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer