Les militaires blessés ou malades ne seront pas laissés à eux-mêmes, promet Ottawa

Plusieurs militaires canadiens blessés ou malades se sont... (Photo archives La Presse)

Agrandir

Plusieurs militaires canadiens blessés ou malades se sont plaints que l'armée avait coupé les liens trop vite, les laissant à eux-mêmes pendant une période de temps.

Photo archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Halifax

Le ministre de la Défense nationale, Harjit Sajjan, a promis lundi que les militaires blessés ou malades pourront demeurer officiellement au sein des Forces armées jusqu'à ce qu'ils soient convenablement couverts par le régime de retraite ou les prestations pour vétérans

Cet engagement fait partie de la nouvelle politique de défense du Canada, dévoilée la semaine dernière par le gouvernement libéral de Justin Trudeau. Plusieurs militaires blessés ou malades se sont plaints que l'armée avait coupé les liens trop vite, les laissant à eux-mêmes pendant une période de temps.

Certains de ces «orphelins» ont ainsi dû se débrouiller seuls pendant des mois avant de pouvoir toucher un premier chèque de pension, alors qu'ils avaient du mal à obtenir les prestations et services offerts aux anciens combattants.

L'ombudsman du ministère de la Défense nationale et des Forces canadiennes, Gary Walbourne, demande depuis plus d'un an à l'armée de maintenir un lien d'emploi avec ses militaires blessés ou malades jusqu'à ce qu'ils reçoivent tous leurs avantages. M. Walbourne attend maintenant de connaître tous les détails de l'engagement libéral avant de crier victoire.

Instructeurs en Afghanistan?

Par ailleurs, le ministre Sajjan a indiqué lundi qu'Ottawa étudiait la requête de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN), qui souhaite que le Canada déploie des instructeurs policiers en Afghanistan. De passage à Halifax lundi, M. Sajjan a cependant pris la peine de préciser que la priorité de l'armée canadienne demeure l'Irak.

Le ministre a rappelé que la mission militaire en Afghanistan avait pris fin il y a trois ans, même si le Canada continue à contribuer financièrement aux efforts internationaux dans ce pays. Mais «comme se doit tout bon partenaire de l'OTAN», le Canada étudiera la requête de l'Alliance atlantique au mérite, a-t-il dit.

Pour ce qui concerne l'Irak, le ministre a rappelé que le Canada souhaite maintenir dans ce pays une présence militaire à long terme, mais il a aussi ajouté que des changements à cette mission sont envisagés. Les détails de ces changements seront annoncés sous peu, a-t-il simplement indiqué.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer