L'allocution en mohawk qui a fait le tour du monde

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Marc Miller, député fédéral de Ville-Marie - Le Sud-Ouest-Île-des-Soeurs, est entré dans l'histoire le 1er juin en prononçant une allocution en kanien'kehá, la langue mohawk, à la Chambre des communes. «Si j'avais pu prédire les réactions, j'aurais été encore plus nerveux», dit-il en entrevue avec La Presse.

Comment est née l'idée de faire une allocution en langue mohawk ?

Nous faisons des tournées communautaires avec des membres des communautés autochtones, et beaucoup de gens soulignaient que les langues autochtones sont menacées. Ce n'est pas nouveau, mais ça m'a vraiment sauté aux yeux. C'est là que j'ai décidé de me donner comme défi d'apprendre les rudiments du mohawk. C'est la langue du territoire que je représente, le centre-ville de Montréal, la terre traditionnelle mohawk. Donc j'ai suivi un cours en ligne. Les gens de l'organisation Six Nations m'ont épaulé. J'ai rédigé le texte avec l'aide de personnes à Kahnawake et à Six Nations. J'avais un fichier audio pour bien comprendre la prononciation. Ça m'a pris trois semaines de préparation. Je ne voulais pas rater mon coup.

Historiquement, la langue mohawk a été étouffée par les politiques des différents gouvernements.

Ce sont les effets du programme des écoles résidentielles. Les jeunes autochtones qui étaient dans les écoles résidentielles se faisaient punir s'ils étaient pris à parler en mohawk. Donc ils développaient un sentiment de honte vis-à-vis de leur langue maternelle. Ça a créé tout un déchirement identitaire. Les gens ont passé ça à leurs enfants, les cicatrices sont là. Aujourd'hui, il y a un vent de renouveau, de plus en plus de gens apprennent la langue et le gouvernement les épaule dans cette démarche. C'était ma façon assez modeste d'exprimer mon appui et mon respect.

Comment votre geste a-t-il été reçu ?

Si j'avais pu prédire les réactions, j'aurais été encore plus nerveux, et j'étais déjà assez nerveux ! Beaucoup de gens des Premières Nations m'ont écrit des lettres pour me dire comment ça les avait touchés, même des gens qui ne parlent pas le mohawk mais une autre langue autochtone, ou bien l'anglais. J'ai reçu des messages d'Hawaii, d'Irlande, de Pologne. Des gens qui apprennent des langues menacées ont trouvé ça très touchant, mais aussi de nouveaux arrivants qui travaillent à apprendre l'anglais ou le français, qui y ont vu un geste inspirant. Je ne m'attendais pas à une telle réaction. Mon allocution a eu une portée de 1,6 million d'affichages sur ma page Facebook. Habituellement, personne ne m'écoute sur Facebook. J'ai aussi donné des entrevues au New York Times et au Guardian. Je savais que la langue mohawk était très peu parlée au Parlement, mais je ne savais pas que c'était une première. Je continue mes cours de mohawk pour m'améliorer. Je vais me forcer un peu plus cet été.

Réaction

« Quand j'ai pris connaissance de l'initiative [de Marc Miller], j'ai été surprise, dit Reaghan Tarbell, directrice du centre culturel Kanien'kehá:ka Onkwawén:na Raotitióhkwa de Kahnawake. En même temps, j'ai ressenti un peu de honte. Voilà une personne non autochtone qui a pris le temps d'apprendre la langue mohawk, langue que je ne maîtrise toujours pas. Ça me donne un incitatif de plus pour m'y mettre. Nous avons des cours au centre culturel. Une quinzaine de personnes apprennent la langue, et ce nombre doublera cet automne, avec l'ajout d'une deuxième classe. »




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer