État d'alerte autour d'immeubles fédéraux à Ottawa

La sécurité a ainsi été rehaussée dans le... (PHOTO PATRICK WOODBURY, ARCHIVES LE DROIT)

Agrandir

La sécurité a ainsi été rehaussée dans le périmètre du ministère de la Justice, rue Wellington, à quelques centaines de mètres du Parlement. Sur cette photo, le parlement du Canada, à Ottawa.

PHOTO PATRICK WOODBURY, ARCHIVES LE DROIT

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Ottawa) Le niveau d'alerte a été relevé lundi matin autour de plusieurs immeubles fédéraux à Ottawa, en raison de la présence d'individus au « comportement suspect » observés dans la dernière semaine.

De nombreux employés du gouvernement, notamment ceux du ministère de la Justice, ont reçu au cours du week-end un courriel les avertissant d'une « augmentation de la vigilance et de l'état de préparation » dans la capitale fédérale.

La sécurité a ainsi été rehaussée dans le périmètre du ministère de la Justice, rue Wellington, à quelques centaines de mètres du Parlement. Tous les employés ont été dirigés vers une seule et même entrée, où des agents vérifiaient scrupuleusement les pièces d'identité.

« C'est la première fois en 20 ans que je reçois un tel message d'avertissement », a confié à La Presse une fonctionnaire, qui s'est butée à une porte verrouillée.

Intrusion

Ce rehaussement du niveau d'alerte pourrait être lié à une intrusion survenue il y a une dizaine de jours au quartier général du Centre de la sécurité des télécommunications (CST) du Canada, avait indiqué lundi matin une source au bureau du ministre de la Sécurité publique, Ralph Goodale.

Selon le Ottawa Citizen, deux civils ont pénétré dans le centre des visiteurs du CST, à Ottawa, et sorti leur téléphone cellulaire pour vérifier si leurs communications étaient brouillées. Les mesures de sécurité ont été renforcées autour du CST à la suite de cet incident.

Une enquête est toujours en cours dans ce dossier, a indiqué à La Presse le constable Marc Soucy, du Service de police d'Ottawa. Des policiers sont postés encore aujourd'hui devant les locaux du CST, a-t-il ajouté.

Le gouvernement muet

Plus tard en journée, lundi, l'attaché de presse du ministre Goodale, Scott Bardsley, a indiqué ne pas pouvoir « émettre de commentaires sur les questions opérationnelles ou des menaces spécifiques ».

Il a toutefois voulu « assurer la population que des mesures de sécurité sont en place pour composer avec les menaces potentielles ». Ces mesures « font l'objet d'un examen constant et sont ajustées au besoin », a-t-il poursuivi. 

Dans un bref courriel à La Presse, Scott Bardsley a aussi laissé entendre que les mesures de sécurités accrues mises en place lundi pourraient être en partie liées à des manifestations prévues lundi dans plusieurs villes du pays, dans le cadre de la Journée internationale des travailleurs.

Le ministère de la Sécurité publique n'a pas précisé combien d'immeubles sont visés par le rehaussement du niveau d'alerte. La police d'Ottawa dit pour sa part ne pas être impliquée dans cette surveillance. « S'ils nous demandent de l'aide, on va les aider », a indiqué M. Soucy.

Individus suspects

Dans le courriel envoyé lundi matin aux fonctionnaires, le gouvernement indique que « des individus ayant des comportements suspects ont été aperçus autour de certains immeubles fédéraux » dans la dernière semaine.

Le ministère de la Justice affirme n'être au courant « d'aucune menace particulière » envers les employés ou les biens du gouvernement fédéral. « Cependant, le personnel de sécurité est en état d'alerte et on renforce la sécurité périmétrique », précise le courriel.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer