Exclusif

Bloc: malaise autour du couronnement de Martine Ouellet

Depuis le début de la course à la... (Photo Yan Doublet, Le Soleil)

Agrandir

Depuis le début de la course à la direction du Bloc, les opposants de Martine Ouellet dénoncent un certain empressement des hautes instances du parti à la couronner.

Photo Yan Doublet, Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les jeux sont faits au Bloc québécois : Martine Ouellet sera officiellement acclamée chef aujourd'hui à Montréal. Ce couronnement cache néanmoins un profond mécontentement d'une faction bloquiste et des divisions au sein de la formation souverainiste fédérale.

En début d'après-midi, les bloquistes sont invités à rencontrer leur nouvelle chef au théâtre Plaza, dans la Plaza St-Hubert, quartier Villeray. L'invitation à cet événement est apparue dès mardi sur le site du Bloc, quelques minutes après la confirmation de la victoire de Mme Ouellet, élue chef sans opposition.

Depuis le début de la course à la direction du Bloc, les opposants de Martine Ouellet dénoncent un certain empressement des hautes instances du parti à la couronner. Parmi les motifs d'irritation : sa décision de demeurer députée indépendante de Vachon à l'Assemblée nationale (élue sous la bannière du PQ en avril 2014) jusqu'aux élections provinciales, en octobre 2018, et ses accointances avec les indépendantistes « purs et durs ».

Batailles dans l'ombre

Dans l'ombre, des militants influents et ex-dirigeants du Bloc, dont Gilles Duceppe, ont tenté de faire repousser l'élection du nouveau chef en 2018, soit un an avant les prochaines élections fédérales, et ont cherché à attirer d'autres candidats pour faire la lutte contre Mme Ouellet. En vain, toutefois, puisque les partisans de Martine Ouellet ont réussi à imposer leur clan et leur rythme, dénoncent des opposants à la nouvelle chef.

« La vérité, c'est que la gang d'Option nationale, près de Mario Beaulieu [ancien chef, député de La Pointe-de-l'Île et président du Bloc], a précipité le processus pour bloquer les autres candidats et permettre à Martine Ouellet de se faufiler, dit à La Presse un militant influent. Dommage, parce que nous avions des discussions avec d'autres candidats qui seraient entrés dans la course en 2018. »

Les délégués du Bloc ont décidé début février de fixer au 22 avril la date de l'élection de leur nouveau chef, une décision contestée par certains membres qui estimaient que cela précipitait les choses et favorisait la seule candidate annoncée, Martine Ouellet. Dans une lettre envoyée plus tôt aux membres du parti, le président Mario Beaulieu défendait le choix d'une élection hâtive, un geste mal perçu par les opposants de Mme Ouellet. Au sein du caucus bloquiste, Mme Ouellet compte sept appuis sur dix (sans compter Mario Beaulieu).

« Officiellement, Mario Beaulieu devait rester neutre parce qu'il est président du parti, mais dans les faits, il militait en coulisse pour Martine. C'est cousu de fil blanc », ajoute une source.

Les règlements de la course imposaient à chaque candidat le versement d'un montant de 15 000 $ et l'obtention d'au moins 1000 signatures d'appuis (dans au moins 25 circonscriptions, avec au minimum 15 signatures dans chacune d'entre elles).

« Le 22 avril, c'était beaucoup trop tôt, ça ne laissait pas le temps de s'organiser, dit Pierre Paquette, ancien député du Bloc, courtisé par le groupe dissident pour briguer la direction. Il semble que Martine Ouellet contrôle le parti, notamment par Option nationale, mais aussi dans les hautes instances, puisque son ancien directeur de campagne au PQ est maintenant DG du bloc. »

Le plan B

D'autres candidats potentiels ont aussi été approchés, dont Alexandre Boulerice, député néo-démocrate de Rosemont et lieutenant du NPD au Québec. M. Boulerice a décliné l'offre présentée discrètement par le député Luc Thériault, un proche de Gilles Duceppe, avec qui il était en contact régulièrement. M. Boulerice a fait savoir qu'il était « heureux dans la famille progressiste du NPD ».

Publiquement, M. Duceppe s'en est tenu à dire que le Bloc devait repousser l'élection de son successeur et que Mme Ouellet faisait une erreur en conservant son siège à l'Assemblée nationale. En privé, il tirait toutefois quelques ficelles et il a été, dit-on, irrité de voir que son ancien parti lui tournait le dos. Il serait particulièrement contrarié de l'attitude de Mario Beaulieu, cet ancien chef à qui il est venu en relève in extremis juste avant les élections fédérales d'octobre 2015. Promis à une autre débâcle électorale, le Bloc dirigé par Gilles Duceppe a réussi à faire élire 10 députés.

En approchant Alexandre Boulerice, les promoteurs de ce « plan B » souhaitaient attirer d'autres néo-démocrates, ce qui aurait permis au Bloc d'obtenir le statut officiel de parti d'opposition (12 députés minimum). Les noms de Romeo Saganash et de Pierre Nantel circulent, mais il a été impossible de confirmer auprès d'eux ces derniers jours. M. Nantel, député orange de Longueuil, a des inclinaisons souverainistes connues et il a indiqué il y a quelques semaines (sur le site mediasud.ca) qu'il pourrait se présenter pour le PQ dans Vachon.

« En attendant 2018, on aurait pu avoir des gros noms et des députés qui sont déjà à Ottawa, mais au lieu de ça, on se retrouve avec une chef qui est à Québec », se désole un proche de Gilles Duceppe.

Le mois dernier, Radio-Canada indiquait que d'autres personnes avaient été approchées, en vain, pour faire la lutte contre Martine Ouellet, dont Martine Desjardins, Jean-Martin Aussant et Yves-François Blanchet.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer