Drogue au volant: un sénateur en faveur du dépistage chez les automobilistes

Selon l'organisation MADD (Mothers Against Drunk Driving), la... (Photo Alain Roberge, Archives La Presse)

Agrandir

Selon l'organisation MADD (Mothers Against Drunk Driving), la drogue était présente dans l'organisme du conducteur lors de 614 morts sur la route au pays, selon des données de 2012, tandis qu'on détectait de l'alcool chez le conducteur pour 476 morts de la route.

Photo Alain Roberge, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Ottawa) Avant de légaliser la marijuana, le gouvernement Trudeau devrait donner de meilleurs outils aux policiers pour combattre un fléau qui prend de l'ampleur au pays : la conduite avec les facultés affaiblies par la drogue.

C'est du moins ce que soutient le sénateur conservateur Claude Carignan, qui entend déposer un projet de loi au Sénat demain afin de modifier le Code criminel de manière à ce que les policiers aient le pouvoir d'exiger un test de dépistage aux automobilistes dont la conduite est erratique en utilisant un appareil qui analyse un échantillon de salive.

Cette méthode non invasive pour déceler la présence de drogue chez un conducteur est déjà utilisée dans certains pays, comme l'Australie, l'Allemagne, la France, la Belgique, l'Espagne, l'Italie et le Royaume-Uni, de même que dans certains États américains.

Selon l'organisation MADD (Mothers Against Drunk Driving), la drogue était présente dans l'organisme du conducteur lors de 614 morts sur la route au pays, selon des données de 2012, tandis qu'on détectait de l'alcool chez le conducteur pour 476 morts de la route.

« Le projet de loi du sénateur Carignan modifierait le Code criminel afin de donner aux policiers les outils dont ils ont besoin pour repérer sur la route les conducteurs aux facultés affaiblies par la drogue à l'aide d'un appareil de détection utilisant une méthode non invasive qui analyse la salive. Cet appareil décèlerait rapidement la présence de certaines drogues illicites », a indiqué une source conservatrice.

Ainsi, si un conducteur avait un résultat positif à la drogue à la suite d'un test effectué par un policier en bordure de la route, il serait immédiatement conduit à un poste de police pour des tests supplémentaires. L'automobiliste devrait fournir un échantillon de sang, de liquide buccal ou d'urine, selon le cas, afin de préciser la concentration de drogue dans son organisme.

LÉGALISATION DE LA MARIJUANA

En campagne électorale, les libéraux de Justin Trudeau ont promis de légaliser la marijuana. La ministre de la Santé Jane Philpott a indiqué que le gouvernement Trudeau déposera un projet de loi en ce sens au printemps 2017.

Le gouvernement Trudeau prévoit retirer du Code criminel la consommation et la possession de cannabis à des fins récréatives. Du même coup, Ottawa veut créer de nouvelles lois pour punir plus sévèrement ceux qui fournissent la drogue à des mineurs, ou encore qui conduisent après en avoir consommé.

Le gouvernement a mis sur pied un groupe de travail sur la légalisation de la marijuana, qui doit remettre son rapport final en novembre. Le groupe de travail, présidé par l'ancienne ministre libérale Anne McLellan, doit proposer une feuille de route au gouvernement Trudeau en ce qui concerne la production de la marijuana, la distribution et la vente de cette drogue ainsi que l'accès. Les membres du groupe de travail se sont rendus dans les États de Washington et du Colorado, qui ont déjà légalisé la marijuana.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer