Sénat indépendant: Trudeau ne regrette pas

Avant que les sénateurs ne soient libérés de... (Archives La Presse Canadienne, Adrian Wyld)

Agrandir

Avant que les sénateurs ne soient libérés de leur attache partisane en vertu d'un projet de réforme que Justin Trudeau a lui-même instauré il y a deux ans, il aurait pu décrocher le téléphone et presser la Chambre haute de suivre la ligne de parti de son gouvernement.

Archives La Presse Canadienne, Adrian Wyld

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le premier ministre Justin Trudeau ne regrette pas d'avoir rendu indépendants ses sénateurs en 2014, même si, dans la situation actuelle, cela aurait permis que son projet de loi C-14 soit adopté rapidement.

« Hum... Quand j'ai pris cette décision, je savais que viendrait le moment où je m'en voudrais », a-t-il admis. « Mais je crois profondément que les lois canadiennes - plus encore les Canadiens eux-mêmes - seront mieux servies par un Sénat sérieux et réfléchi qui s'intéresse à ce qu'il y a de mieux pour les Canadiens », a répondu M. Trudeau à l'ancien analyste politique du Macleans Paul Wells, qui a signé aujourd'hui sa première chronique dans le Toronto Star

Avant que les sénateurs ne soient libérés de leur attache partisane en vertu d'un projet de réforme que Justin Trudeau a lui-même instauré il y a deux ans, il aurait pu décrocher le téléphone et presser la Chambre haute de suivre la ligne de parti de son gouvernement.

- Selon le Toronto Star

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer