Exclusif

Sécurité ferroviaire: Ottawa veut accélérer le retrait des wagons DOT-111

Aux États-Unis, le département des Transports a annoncé... (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Aux États-Unis, le département des Transports a annoncé en juillet 2014, un an après la tragédie de Lac-Mégantic, que les wagons-citernes DOT-111 devaient être retirés ou consolidés dans un délai de deux ans, soit d'ici la fin de 2016.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Ottawa) Le ministre des Transports, Marc Garneau, souhaite accélérer le retrait des wagons-citernes DOT-111 de la circulation des voies ferroviaires du pays. Il a demandé à son ministère d'examiner les mesures qui pourraient être prises pour mettre au rancart le plus rapidement possible ces wagons qui faisaient partie du convoi qui a détruit le centre-ville de Lac-Mégantic et coûté la vie à 47 personnes en 2013.

Le ministre des Transports Marc Garneau a indiqué... (PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE) - image 1.0

Agrandir

Le ministre des Transports Marc Garneau a indiqué lors d’une entrevue avec La Presse qu’il a imposé des amendes à trois sociétés ferroviaires au cours des derniers mois.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE

Les wagons-citernes DOT-111 fabriqués avant janvier 2014 qui n'ont pas fait l'objet d'une mise à niveau doivent être retirés des convois ferroviaires au plus tard en 2017. Mais le ministre Garneau, qui fait de la sécurité du transport sa priorité absolue, veut aller plus loin en retirant aussi les DOT-111 dont la structure a été renforcée afin de les remplacer par des wagons plus résistants aux impacts, les TC-117.

Dans une entrevue accordée à La Presse, hier, M. Garneau a indiqué que les fonctionnaires de son ministère étaient à évaluer les options qui lui permettraient d'aller de l'avant plus rapidement.

« J'ai demandé récemment au Ministère de déterminer si on peut accélérer le remplacement des wagons-citernes DOT-111. C'est quelque chose qui est complexe parce que l'on doit harmoniser le tout avec les États-Unis, étant donné qu'il y a beaucoup de ces wagons-citernes qui traversent la frontière. Aussi, la demande pour construire le nouveau modèle [TC-117] est très forte », a indiqué le ministre Garneau.

Aux États-Unis, le département des Transports a annoncé en juillet 2014, un an après la tragédie de Lac-Mégantic, que les fameux wagons-citernes DOT-111 devaient être retirés ou consolidés dans un délai de deux ans, soit d'ici la fin de 2016.

En Amérique du Nord, on compte environ 335 000 wagons-citernes, dont environ les deux tiers (228 000) sont de type DOT-111. Tous les experts s'entendent pour dire que ces wagons sont plus susceptibles d'être perforés et de provoquer des incendies lors de déraillements. Mais l'industrie du transport ferroviaire a estimé qu'il faudrait environ 10 ans pour remplacer tous ces wagons.

Des amendes imposées à trois entreprises

L'an dernier, Ottawa et Washington ont annoncé une politique nord-américaine qui exige, depuis le 1er octobre, que les wagons-citernes destinés au transport de liquides inflammables, comme le pétrole brut, soient construits en acier plus épais et dotés d'une protection thermique, d'un bouclier protecteur complet, d'une protection des raccords supérieurs et d'un nouveau robinet permettant leur déchargement par le bas. Ce sont les wagons-citernes TC-117.

Mais le ministre Garneau juge impératif d'accélérer le remplacement des wagons DOT-111, d'autant plus que les trains transportent de plus en plus de pétrole brut au pays.

« Nous voulons accélérer le processus », a indiqué Marc Garneau.

Le ministre a tenu à rappeler que les sociétés ferroviaires ont maintenant l'obligation d'informer les municipalités de la nature des matières dangereuses qu'elles transportent afin de permettre aux premiers répondants de ces municipalités de réagir adéquatement en cas d'accident.

M. Garneau a aussi indiqué avoir imposé des amendes à trois sociétés ferroviaires au cours des derniers mois. « C'est la première fois que le ministre utilise un tel pouvoir qui existe depuis 12 mois. Quand il y a eu une négligence et que c'est prouvé, on impose une amende pour une violation des règles. Je veux envoyer le message aux compagnies que la sécurité est la priorité et que le non-respect peut avoir des conséquences », a-t-il dit.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer