Michael Chong tient à «promouvoir la langue française»

À quelques jours du congrès du Parti conservateur... (photo étienne ranger, le droit)

Agrandir

À quelques jours du congrès du Parti conservateur qui aura lieu du 26 au 28 mai à Vancouver, Michael Chong est ainsi devenu le troisième candidat à se lancer dans cette course, après la députée ontarienne Kelly Leitch et le député de Beauce Maxime Bernier.

photo étienne ranger, le droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Avant de confirmer son intention de briguer la direction du Parti conservateur lundi dernier, à l'Amphithéâtre national de la presse, le député Michael Chong a pris le temps de s'adresser à ses trois jeunes garçons... en français.Ce jour-là, William, Alistair et Cameron devaient être en classe, à leur école d'immersion située à Fergus, petite ville située près de London, dans le sud-ouest de l'Ontario. Mais ils avaient pris congé de l'école pour être à Ottawa, en compagnie de M. Chong et de sa femme Carrie Davidson, pour le grand jour.

« Je veux leur dire quelques mots en français parce qu'ils ne sont pas à l'école aujourd'hui. William, Alistair et Cameron, votre présence aujourd'hui et votre appui à votre père signifient beaucoup pour moi. Votre mère et moi sommes très fiers de vous trois », a déclaré d'emblée M. Chong, sourire en coin, indiquant par la suite qu'il se lançait dans la course pour succéder à Stephen Harper à la tête du Parti conservateur.

Âgé de 45 ans, fort à l'aise dans la langue de Molière, M. Chong s'est fait dire très tôt par son propre père, un immigré chinois de Hong Kong venu s'installer au Canada en 1952, qu'il devait apprendre les deux langues officielles du pays s'il voulait adhérer pleinement aux valeurs canadiennes.

Michael Chong s'est donc mis à l'oeuvre. Et il entend s'assurer que ses trois fils saisissent aussi l'importance du bilinguisme au pays.

« Nous habitons dans une région où il n'y a pas beaucoup de francophones. Mais je pense que c'est important pour mes trois enfants de savoir que la langue française est une langue vivante. On peut vivre en français au Canada», dit-il.

« Nous avons la dualité linguistique au Canada. Donc, il y a beaucoup de citoyens qui parlent l'une ou l'autre des deux langues officielles. C'est un rêve de pouvoir habiter dans un pays où beaucoup de citoyens peuvent parler les deux langues. Je ne parle pas chinois, je ne parle pas le néerlandais [sa mère est née aux Pays-Bas], mais je parle l'anglais et le français. C'est la même chose pour ma femme », a-t-il ajouté.

LE TROISIÈME À SE LANCER

À quelques jours du congrès du Parti conservateur qui aura lieu du 26 au 28 mai à Vancouver, M. Chong est ainsi devenu le troisième candidat à se lancer dans cette course, après la députée ontarienne Kelly Leitch et le député de Beauce Maxime Bernier.

En annonçant sa candidature, M. Chong a tenté de régler une fois pour toutes les questions entourant sa décision de s'opposer à la motion qui a été adoptée en 2006 visant à reconnaître que les Québécois forment une nation au sein d'un Canada uni. Il affirme que Justin Trudeau avait la même position que lui à l'époque et que cela ne l'a pas empêché d'être porté à la tête du Parti libéral du Canada et de remporter 40 sièges au Québec aux dernières élections fédérales.

Pour lui, cette motion avait pour effet de passer sous silence l'importante contribution des immigrés à la société canadienne. L'important, a-t-il souligné, c'est de défendre la dualité linguistique et de faire la promotion de la langue française partout sur le continent nord-américain.

Le hasard a voulu que les parents de M. Chong aient une histoire commune mais qu'ils soient nés dans deux pays différents : les familles de ses deux parents ont été défendues et libérées par les troupes canadiennes au cours de la Seconde Guerre mondiale. Son père a vu les soldats canadiens à l'oeuvre durant la bataille de Hong Kong, tandis que sa mère a assisté à l'arrivée des troupes canadiennes lors de la libération des Pays-Bas.

« Mon père n'a jamais oublié le sacrifice des soldats canadiens », a-t-il indiqué, rappelant aussi que son père est arrivé au Canada environ cinq ans après l'abrogation d'une loi « raciste » qui interdisait l'immigration en provenance de la Chine.

« Plus de 7000 soldats canadiens sont allés aux Pays-Bas pour défendre les valeurs et les droits des Européens comme la famille de ma mère. Elle s'est établie au Canada dans les années 60. Mes parents se sont rencontrés à Kingston à l'Hôtel-Dieu, un hôpital francophone ! »

Durant la course, qui connaîtra son dénouement dans 12 mois, M. Chong a l'intention de se rendre au Québec. Son message ? « Mon message sera très simple : nous sommes Canadiens, nous devons protéger et promouvoir la langue française, mais les citoyens du Québec ont les mêmes défis que les autres Canadiens partout au pays, c'est-à-dire l'économie, les emplois, le fardeau fiscal, l'environnement, la réforme de nos institutions. Ce sont les mêmes enjeux », a-t-il dit.

Secouer la torpeur des conservateurs

Michael Chong compte bien secouer la torpeur du Parti conservateur dans le dossier de l'environnement et les réformes démocratiques. « Je vais être le candidat de la révolution. Ce sont deux enjeux qui font partie de la tradition de mon parti. Mon parti est le parti de John A. Macdonald, mais aussi celui de Robert Baldwin et de Louis-Hippolyte La Fontaine. Ce sont deux grands réformateurs. Le Parti conservateur est aussi le parti de l'environnement. C'est le gouvernement de M. Brian Mulroney, qui était le gouvernement le plus vert dans l'histoire du Canada. Je veux renforcer ces deux traditions. Et je vais présenter des politiques sur ces enjeux », a-t-il dit.

La loi 101, l'affaire du Québec

Pour Michael Chong, il revient au Québec de légiférer s'il le juge à propos pour protéger la langue française sur son territoire, comme le fait la loi 101. « C'est un domaine qui appartient au Québec. Absolument. » Il affirme toutefois que le gouvernement fédéral a l'obligation de faire la promotion des deux langues officielles.

Que dirait son père ?

« Mes parents sont décédés. Mais mon père serait très surpris simplement de voir que je suis député à la Chambre des communes. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer