Jean Chrétien parle en faveur de la décriminalisation de la marijuana

Jean Chrétien... (Photo Sylvain Mayer, archives Le Nouvelliste)

Agrandir

Jean Chrétien

Photo Sylvain Mayer, archives Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Halifax

L'ancien premier ministre Jean Chrétien estime que les politiciens doivent s'adapter aux changements d'époque, comme lui-même l'a fait sur le cannabis, la peine de mort et d'autres enjeux controversés qui ont évolué depuis le début de son implication dans la vie politique, au début des années 1960.

Que ce soit sur la consommation de la marijuana, l'avortement, le mariage gai ou la peine de mort, M. Chrétien dit avoir essayé de s'imprégner de l'esprit de l'époque, même si cela entrait en contradiction avec ses origines conservatrices et catholiques héritées de son Québec rural, à Shawinigan.

«Les valeurs qui étaient là il y a 50 ans ne sont plus les mêmes aujourd'hui. Nous devons vivre avec cela. Ce n'est pas toujours facile», a-t-il dit, lundi, après avoir pris part à une cérémonie pour souligner les débuts officiels d'un groupe de réflexion à l'Université Dalhousie, à Halifax.

Questionné sur l'intention du gouvernement Trudeau de légaliser la vente de la marijuana, M. Chrétien a répondu qu'il était en faveur de la décriminalisation.

«Ce qui est complètement inacceptable, selon moi, c'est qu'un jeune homme qui fume de la marijuana aura un dossier criminel pour le reste de sa vie (et) qu'il ne pourra pas franchir la frontière, franchement...», a-t-il déploré.

«C'est la façon moderne de faire. On doit s'ajuster à la nouvelle époque», a-t-il tranché.

Lorsque M. Chrétien était premier ministre, son gouvernement avait essayé en 2003 de faire adopter une loi pour décriminaliser la possession simple de petites quantités de marijuana, mais le projet de loi est mort au feuilleton lorsque le Parlement a été prorogé.

Plus tôt cette année, le député libéral et ancien chef de la police de Toronto, Bill Blair, a tenu à souligner que les dispositions du Code criminel sur cette question étaient toujours en vigueur et qu'elles devaient être appliquées jusqu'à nouvel ordre.

M. Blair, qui est secrétaire parlementaire de la ministre de la Justice, a été désigné par le gouvernement Trudeau pour piloter la légalisation du cannabis au pays.

Le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), Thomas Mulcair, croit que le gouvernement devrait décriminaliser dès maintenant la substance.

«Je suis content que M. Chrétien soit d'accord avec nous», a réagi Murray Rankin, le porte-parole du NPD en matière de justice.

Jean Chrétien, âgé de 82 ans, a confié qu'il n'a lui-même jamais fumé la cigarette ou essayé de consommer du cannabis. «Je ne sais pas ce que c'est et je n'y ai jamais goûté. Je ne sais pas ce que sont les effets», a-t-il affirmé.

Élu à la Chambre des communes pour la première fois en 1963, M. Chrétien a indiqué que ses électeurs de Shawinigan lui en avaient voulu de voter contre la peine de mort à l'époque.

«Les gens pensaient que j'avais tort», a-t-il soutenu, ajoutant qu'il avait dû faire face à encore plus de grogne lorsque la Cour suprême avait décriminalisé l'avortement, en 1988.

«Je suis un catholique issu d'une grande famille. Voter en faveur de laisser les femmes choisir quoi faire avec leur propre corps, ce n'était pas facile pour moi... (Mais) j'ai fait cela», a-t-il expliqué.

Et en 2003, le gouvernement Chrétien avait annoncé qu'il ne porterait pas en appel les décisions des tribunaux qui autorisaient le mariage gai, préparant le terrain à la légalisation. «Nous devons nous adapter à la réalité. Le cannabis est dans la même catégorie», a-t-il souligné.

Jean Chrétien était de passage à Halifax pour le début officiel des activités de l'Institut MacEachen en politiques publiques et en gouvernance, un groupe de réflexion nommé en l'honneur de l'ancien ministre libéral originaire du Cap-Breton, Allan MacEachen, qui est maintenant âgé de 94 ans.

M. Chrétien s'est souvenu d'avoir travaillé au sein du cabinet avec Allan MacEachen pendant plus d'une décennie. «C'était un grand parlementaire... et un membre très influent du cabinet», a-t-il rappelé.

Fils d'un travailleur dans une mine de charbon, Allan MacEachen a été élu pour la première fois en 1953. Il a joué un rôle important dans l'élaboration de plusieurs politiques, dont le Code du travail, la loi sur le salaire minimum, les pensions de vieillesse et l'assurance-maladie.

«Pour nous, c'était M. Cap-Breton. Il était bilingue. Il pouvait parler anglais et gaélique», a raillé M. Chrétien.

Jean Chrétien était présent avec son ancien collègue et ex-chef libéral, Bob Rae, lors de la cérémonie qui a attiré quelque 500 personnes.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer