Ruth Ellen Brosseau candidate à la direction du NPD?

Ruth Ellen Brosseau, lors de la dernière campagne... (PHOTO MARTIN TREMBLAY, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Ruth Ellen Brosseau, lors de la dernière campagne électorale.

PHOTO MARTIN TREMBLAY, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélanie Marquis
La Presse Canadienne
Ottawa

Ajoutez le nom de Ruth Ellen Brosseau à la liste de ceux qui ne ferment pas la porte à une candidature pour la direction du Nouveau Parti démocratique (NPD).

En marge d'un point de presse à Ottawa, jeudi, la députée de Berthier-Maskinongé, au Québec, a reconnu - prudemment - que l'aventure l'intéressait.

« C'est sûr que je vais réfléchir, peut-être, à être une potentielle candidate à la course à la direction », a-t-elle exposé.

« Mais il faut voir quels sont les critères, qui sont les autres candidats et candidates qui vont se présenter », a ajouté Mme Brosseau, disant ne pas avoir commencé à mesurer ses appuis potentiels.

Lorsqu'on lui a demandé pourquoi elle serait intéressée par le poste de chef, l'élue néo-démocrate a plaidé qu'il y avait « beaucoup à faire » pour défendre les Canadiens qui veulent se joindre à la classe moyenne.

« Avant d'être élue, j'étais une mère monoparentale qui voulait faire partie de la classe moyenne. Je trouve que la situation ne s'est pas améliorée depuis mon entrée en 2011 », a-t-elle offert.

L'élection de Ruth Ellen Brosseau avait fait couler beaucoup d'encre à l'époque. La jeune femme, qui baragouinait alors le français, avait fait un voyage à Las Vegas pendant la campagne électorale.

Les délégués du NPD réunis en congrès à Edmonton le 10 avril dernier ont voté à 52% en faveur du déclenchement d'une course à la direction du parti, chassant leur chef Thomas Mulcair de son poste.

Invité à commenter une possible candidature de Mme Brosseau, le leader néo-démocrate a indiqué jeudi qu'il demeurerait neutre.

« Je vais rester résolument suisse dans ce processus », a-t-il insisté en point de presse dans le foyer de la Chambre des communes.

« Que mon successeur soit la personne que vous venez de nommer ou d'autres, il y a tellement de talent au sein du caucus, et il y a des gens de l'extérieur qui risquent de se présenter aussi », a fait valoir M. Mulcair.

La formation politique a jusqu'à deux ans pour se trouver un nouveau leader, selon ce qui a été décidé au congrès d'Edmonton. Le chef sortant a affirmé qu'il resterait à la barre du parti d'ici là, pour assurer « la stabilité ».

La liste spéculative des aspirants au poste de leader du NPD inclut les noms des députés Nathan Cullen, Peter Julian, Alexandre Boulerice et Niki Ashton.

La populaire ex-députée Megan Leslie, dont le nom circulait beaucoup, a dit qu'elle n'était pas intéressée à diriger le NPD.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer