Ottawa compte légaliser le cannabis au printemps 2017

L'annonce d'Ottawa coïncidait par hasard avec la «journée... (PHOTO PC)

Agrandir

L'annonce d'Ottawa coïncidait par hasard avec la «journée internationale du cannabis» (20 avril, ou «4-20» en anglais), qui prend une signification toute particulière cette année au Canada.

PHOTO PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Fannie Olivier
La Presse Canadienne
Ottawa

Les manifestants s'installaient à peine sur la colline parlementaire pour réclamer la légalisation de la marijuana à l'occasion de la «journée internationale du cannabis», mercredi, quand le gouvernement libéral leur a coupé l'herbe sous le pied.

Dans un discours passionné livré au siège des Nations unies à New York, la ministre fédérale de la Santé, Jane Philpott, a annoncé que le gouvernement de Justin Trudeau déposera un projet de loi à cet effet au printemps 2017.

Les troupes libérales réaliseront ainsi une promesse qui avait fait grand bruit aux dernières élections: celle de légaliser et réglementer la marijuana à des fins récréatives.

Mme Philpott a prévenu que la nouvelle législation allait «remettre en question le statu quo dans plusieurs pays», mais elle s'est dite convaincue qu'il s'agissait là de «la meilleure façon de protéger nos jeunes tout en renforçant la sécurité publique». Elle n'a offert aucun autre détail sur le projet de loi à venir, mais a signalé qu'il était destiné à «empêcher la marijuana de tomber entre les mains des enfants, et les profits de tomber entre les mains des criminels».

Mme Philpott a amorcé son discours en relatant l'histoire d'une mère qui a perdu sa fille toxicomane. Cette femme lui a raconté avoir regardé sa fille «s'éteindre alors qu'elle avait de la difficulté à accéder au traitement et aux services qui auraient pu sauver une vie fragile».

«Aujourd'hui, je m'adresse à vous en tant que ministre de la Santé du Canada pour vous dire que nous devons faire mieux pour nos citoyens», a lancé Mme Philpott lors de la session extraordinaire de l'Assemblée générale des Nations unies consacrée au problème mondial des drogues.

La politique mise de l'avant sera basée la science et axée sur la santé publique. «En tant que médecin qui a pratiqué au Canada et en Afrique subsaharienne, j'ai vu trop de personnes subir les conséquences dévastatrices de la consommation de drogue et des crimes qu'elle engendre, ainsi que des politiques de lutte contre la toxicomanie mal conçues», a signalé la ministre.

L'Assemblée générale de l'ONU tient une plénière extraordinaire sur la drogue - la première depuis près de 20 ans. En 1998, l'Assemblée générale avait adopté un plan d'action qui mettait plutôt l'accent sur la criminalisation et l'objectif d'«un monde sans drogues». Plusieurs observateurs soutiennent que la «guerre contre la drogue» s'est avérée inefficace et a même nui aux efforts en santé publique

Manifestation

L'annonce de Mme Philpott coïncidait par hasard avec la «journée internationale du cannabis» (20 avril, ou «4-20» en anglais), qui prend une signification toute particulière cette année au Canada.

Sur la colline parlementaire à Ottawa, quelques milliers de manifestants s'étaient rassemblés à cette occasion pour consommer, si bien qu'on pouvait observer un nuage de fumée y flotter. La plupart se sont dits heureux de voir le gouvernement Trudeau prendre la voie de la légalisation. Pour l'un d'entre eux, il s'agit d'une véritable «victoire» du mouvement en faveur de la légalisation, qui changera la vie des gens. Lui-même s'est fait arrêter plusieurs fois pour possession de cannabis et traîne un casier judiciaire.

D'autres manifestations du genre ont eu lieu ailleurs au pays, notamment à Montréal, au pied du Mont-Royal.

L'opposition critique

L'initiative du gouvernement libéral à été beaucoup moins applaudie à l'intérieur des murs du parlement.

Pour le député conservateur Alain Rayes, les troupes de Justin Trudeau envoient un «message de banalisation des drogues» en enclenchant le processus législatif vers la légalisation du cannabis.

«Moi, mon objectif premier, c'est les saines habitudes de vie, c'est la santé de la population, c'est de protéger les gens vulnérables, et présentement, je ne suis vraiment pas convaincu qu'on s'en va dans la bonne direction», a-t-il indiqué.

Le chef néo-démocrate Thomas Mulcair n'avait pas de fleurs à lancer aux libéraux lui non plus, mais pour des raisons différentes. À ses yeux, le gouvernement aurait dû rapidement faire un premier pas en décriminalisant la marijuana. «À la place, on a des milliers de personnes, surtout des jeunes, qui ont déjà été arrêtés depuis l'élection du gouvernement Trudeau», a-t-il critiqué.

Mais pour le premier ministre Justin Trudeau, la décriminalisation n'est pas la solution. «La réalité, c'est que décriminaliser comme le propose le député d'Outremont ne fait rien que donner une source de revenu légale à des criminels qui vendent de la drogue», a-t-il répondu en Chambre à une question de M. Mulcair.

«La réalité, c'est que de légaliser de la façon correcte, en protégeant nos jeunes et en s'assurant qu'on n'envoie pas des milliards de dollars dans les poches du crime organisé, comme on le fait actuellement, c'est la seule façon de protéger nos jeunes et nos communautés, et c'est ce que nous allons faire tel que promis», a-t-il ajouté.

Ottawa devrait pardonner la possession de cannabis, dit l'Institut C.D. Howe

Le gouvernement de Justin Trudeau devrait par ailleurs penser à pardonner les individus reconnus coupables de possession de cannabis - et abandonner toute accusation en instance - afin de libérer des ressources pour la légalisation de la drogue, affirme l'Institut C.D. Howe.

Dans un nouveau rapport, l'Institut recommande également au gouvernement de se concentrer sur ses objectifs de santé publique et d'éviter le marché noir de la marijuana.

Le document de l'Institut C.D. Howe indique que le gouvernement doit conserver ses pouvoirs relativement à la réglementation sur la santé et la sécurité, tandis que les provinces devraient avoir la liberté de créer leur propre système de distribution.

Les deux paliers de gouvernement devraient avoir le pouvoir de taxer la marijuana, Ottawa pouvant taxer les manufacturiers et les importateurs et les provinces pouvant taxer la vente au détail, ajoute le rapport rédigé par Anindya Sen, professeur en économique à l'Université de Waterloo, en Ontario.

Le gouvernement devrait décourager le marché noir en définissant la quantité de cannabis qu'une personne peut posséder, en plus de conserver les pénalités associées à la production illégale et au trafic, écrit M. Sen.

On suggère également qu'il faudra travailler à déterminer à partir de quelle quantité la marijuana devient dangereuse pour la conduite automobile.

Le rapport soutient aussi que la légalisation du cannabis pourrait initialement mener à une hausse de sa consommation et à la nécessité d'une surveillance policière accrue, ce qui entraînerait une hausse des dépenses gouvernementales.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer