Trudeau ne commentera pas la candidature de Trump

La possibilité que Donald Trump devienne le candidat... (PHOTO AP)

Agrandir

La possibilité que Donald Trump devienne le candidat républicain à l'élection présidentielle est maintenant bien réelle, et elle divise profondément le parti républicain.

PHOTO AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexander Panetta
La Presse Canadienne
Washington

Le premier ministre Justin Trudeau n'a pas l'intention de s'immiscer dans la campagne présidentielle aux États-Unis durant sa visite, et encore moins de commenter la candidature qui divise les Américains: celle de Donald Trump.

Un responsable canadien a déclaré, sous le couvert de l'anonymat, que M. Trudeau ne voulait pas s'impliquer dans la politique intérieure d'un autre pays. Et sa visite aux États-Unis ne sera pas une occasion de déroger à ce principe, a-t-il ajouté.

La visite officielle de trois jours de M. Trudeau à Washington, la semaine prochaine, lui offrirait pourtant plusieurs occasions de commenter la candidature controversée de Donald Trump à l'investiture républicaine.

Le premier ministre participera notamment à une conférence de presse commune avec le président Barack Obama, suivie d'une réception au département d'État. M. Trudeau sera aussi l'invité d'un dîner officiel et prononcera un discours devant un rassemblement de groupes de réflexion progressistes.

Justin Trudeau a déjà exprimé subtilement son opposition aux politiques de M. Trump. Interrogé l'an dernier sur la proposition du milliardaire d'interdire aux musulmans d'entrer aux États-Unis, il avait dit qu'il ne voulait pas commenter la politique américaine, mais s'était élevé contre les politiques de peur, de division, d'intolérance et de haine.

La possibilité que Donald Trump devienne le candidat républicain à l'élection présidentielle est maintenant bien réelle, et elle divise profondément le parti républicain. Les plus récentes victoires de M. Trump dans les primaires, mardi, auraient provoqué une hausse de 350 pour cent des recherches sur Google concernant le déménagement au Canada.

Les médias américains ne manqueront pas de souligner les contrastes entre un premier ministre qui accueille des réfugiés syriens à l'aéroport et un candidat à la présidence qui, en plus d'interdire l'entrée aux musulmans, veut renvoyer les réfugiés d'où ils viennent.

Le Washington Post a publié quelques articles à ce sujet cette semaine, dont un dossier montrant de quelle façon Justin Trudeau est «l'anti-Trump». Le quotidien a publié des vidéos où les nombreuses différences entre les deux hommes apparaissent de façon quasi caricaturale.

Dans l'un des extraits, Justin Trudeau porte un t-shirt rose et prend position contre l'intimidation, tandis que dans un autre, il se dit féministe. Dans les vidéos de Donald Trump, on le voit notamment en train d'essayer de frapper un manifestant au visage. Dans un autre extrait, l'animatrice de débats Megyn Kelly mentionne les fois où M. Trump a traité les femmes de «truies», de «chiennes» et de «fainéantes».

«Le premier ministre restera toujours fidèle à ses valeurs, a déclaré le responsable canadien, qui a réclamé l'anonymat pour discuter des détails de la visite du premier ministre aux États-Unis. Mais il n'est pas intéressé à s'immiscer dans la politique intérieure» des États-Unis.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer