Suspense sur les relations Canada-États-Unis en 2016

Justin Trudeau et Barack Obama lors de leur... (PHOTO SAUL LOEB, ARCHIVES AFP)

Agrandir

Justin Trudeau et Barack Obama lors de leur rencontre au sommet de l'APEC à Manille, aux Philippines, le 19 novembre.

PHOTO SAUL LOEB, ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexander Panetta
La Presse Canadienne
WASHINGTON

Le premier ministre Justin Trudeau visitera la Maison-Blanche à un moment opportun pour discuter avec le président américain de qui pourrait le remplacer en novembre prochain.

Le premier diner d'État à la Maison-Blanche pour un leader canadien en 19 ans aura lieu en pleines élections primaires, après que les électeurs dans des États baromètres comme la Caroline du Sud auront déjà voté.

Ce vote aura des conséquences sur les relations canado-américaines. Car si Barack Obama commencera l'année 2016, sa dernière en poste, dans un esprit d'amabilité et d'affinité idéologique avec son homologue canadien, on ignore comment 2016 se terminera.

Le premier ministre et le président se sont transmis leur affection mutuelle et leur désir d'amoindrir les irritants potentiels dans leur relation, comme le projet d'oléoduc Keystone XL et le changement d'approche du Canada dans la mission de lutte contre le terrorisme au Moyen-Orient.

MM. Trudeau et Obama partagent plusieurs opinions, tel que l'a illustré le premier ministre en quelques jours ou semaines seulement, en assistant avec enthousiasme au sommet sur le climat à Paris, en instaurant une hausse d'impôt pour les plus riches et en accueillant les réfugiés syriens à l'aéroport de Toronto - une initiative applaudie dans un éditorial du New York Times. Toutes des mesures qui pourraient être des priorités pour M. Obama.

En fait, le président a même semblé comparer la victoire des libéraux de Justin Trudeau à la sienne, en mentionnant spécifiquement les deux mots imprimés sur ses affiches électorales au look rétro de 2008: « hope » et « change » (espoir et changement).

« Je sais que les Canadiens sont incroyablement inspirés par votre message d'espoir et de changement », avait dit Barack Obama durant sa première conférence de presse avec le jeune premier ministre.

On ignore ce qui changera exactement, de manière concrète, entre le Canada et les États-Unis. Le projet d'oléoduc Keystone XL est mort pour le moment. Une entente datant d'il y a 10 ans sur le bois d'oeuvre est expirée, ce qui pourrait faire émerger des désaccords entre Ottawa et Washington. Les politiciens des deux pays considéreront la ratification du Partenariat transpacifique.

Bon nombre d'autres questions se poseront au Congrès américain cette année: sur l'économie; sur les changements, promis par les candidats présidentiels, à apporter au système d'assurance maladie Obamacare; sur les 11 millions de travailleurs sur le marché noir; sur la réforme de l'immigration qui est paralysée, etc.

Selon Chris Sands, un expert en relation Canada-États-Unis, directeur du Centre d'études canadiennes à l'École d'études internationales avancées de Washington, ni Justin Trudeau, ni Stephen Harper, ni tout autre premier ministre canadien pourrait détourner l'attention du Congrès de la pile de dossiers importants qui l'attend l'an prochain.

« Je vois beaucoup d'incertitudes émaner de Washington, ce qui sera difficile pour le Canada », a-t-il expliqué.

Comment se terminera 2016?

Si la candidate démocrate Hillary Clinton devient la prochaine présidente, certaines parties de son programme épousent à merveille celui de M. Trudeau. Tous deux veulent un partenariat nord-américain pour le climat et l'énergie, par exemple. Elle s'est montrée sceptique sur le Partenariat transpacifique, elle ne devrait pas trop exhorter le premier ministre à faire ratifier rapidement l'entente si elle était élue en novembre.

Les choses sont intéressantes du côté républicain, où la course à l'investiture se déroule à trois ou quatre candidats. Un favori devrait se détacher de peloton au moment de la visite de M. Trudeau à la Maison-Blanche.

Le premier ministre a déjà partagé publiquement ses sentiments très tièdes à l'endroit de deux candidats républicains, Donald Trump et le sénateur Ted Cruz.

Quant aux autres, leurs idées semblent déjà aux antipodes de celles de M. Trudeau. L'un des candidats les plus modérés, Chris Christie, a récemment indiqué qu'il refuserait tous les réfugiés syriens, y compris des orphelins de cinq ans. Il a résumé sa politique climatique par: « Je ne crois pas qu'il y a ait de crise ».

Réagissant à la victoire de M. Trudeau, Marco Rubio, un autre candidat républicain, a affirmé qu'il espérait collaborer avec lui pour approuver Keystone XL.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer