Une trentaine de personnes désignées par Harper incitées à démissionner

Dominic LeBlanc s'est dit confiant que la plupart, voire... (La Presse Canadienne)

Agrandir

Dominic LeBlanc s'est dit confiant que la plupart, voire l'ensemble des 33 personnes désignées, quitteraient leurs fonctions volontairement.

La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Ottawa

Les libéraux affirment que le gouvernement Harper a commis un «abus de procédure» en réalisant une série de nominations peu avant la campagne électorale fédérale, désignant ou reconduisant des gens dans des mandats qui venaient à échéance des semaines ou des mois après le jour du scrutin.

Le nouveau leader du gouvernement libéral à la Chambre des communes, Dominic LeBlanc, a envoyé des lettres à 33 personnes ayant fait l'objet de nominations dans des agences fédérales ou des sociétés de la Couronne dans les derniers jours du gouvernement conservateur de Stephen Harper.

M. LeBlanc leur demande de démissionner volontairement.

Le leader libéral en chambre a fait valoir qu'il ne s'agissait aucunement d'un jugement sur les personnes désignées, mais plutôt sur la manière avec laquelle ces nominations ont été faites, jugée illégitime par le nouveau gouvernement.

Il a soutenu que les nominations n'avaient pas été réalisées dans la transparence et n'avaient pas fait l'objet d'une surveillance par le Parlement.

M. LeBlanc s'est dit confiant que la plupart, voire l'ensemble des 33 personnes désignées, quitteraient volontairement. Il n'a pas dit si le gouvernement comptait annuler une quelconque nomination si la personne désignée refusait de quitter.

«Si ces personnes désirent soumettre leur candidature dans un processus plus ouvert et transparent, nous serions bien sûr heureux de s'y attarder», a-t-il indiqué.

M. LeBlanc a demandé aux individus nommés une réponse d'ici le 18 décembre.

Parmi ceux-ci figurent des membres de la Commission de l'immigration et du statut de réfugié du Canada et de l'Office national de l'énergie, de même que des têtes dirigeantes de Postes Canada, Téléfilm Canada et Via Rail.

La chef intérimaire du Parti conservateur, Rona Ambrose, a affirmé que le nouveau gouvernement avait tout à fait le droit d'annuler ces nominations. Mais elle l'a exhorté à évaluer chaque personne «au mérite».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer