Les libéraux y vont aussi de leur virage sur le Régime de pensions du Canada

Justin Trudeau a dit vouloir suivre dans les... (Photo Adrian Wyld, La Presse canadienne)

Agrandir

Justin Trudeau a dit vouloir suivre dans les traces de la proposition de la première ministre ontarienne, Kathleen Wynne, qui a déjà dit s'attendre à plus de «leadership» de la part du gouvernement fédéral sur cette question.

Photo Adrian Wyld, La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Andy Blatchford
La Presse Canadienne
Ottawa

Les libéraux fédéraux souhaitent une augmentation obligatoire des contributions au Régime de pensions du Canada, a indiqué mercredi le chef Justin Trudeau, alors que la volte-face du gouvernement Harper envers de nouvelles options d'épargne volontaire a continué d'alimenter les échanges aux Communes.

Les conservateurs, qui s'opposaient depuis longtemps à un élargissement du régime, ont fait un virage à 180 degrés, mardi, avec la promesse de tenter de permettre aux Canadiens de déposer plus d'argent dans le Régime de pensions du Canada afin de recevoir une prestation plus élevée au moment de leur retraite.

Ce virage semble destiné à gruger du terrain occupé par les rivaux libéraux et néo-démocrates, alors que les revenus de retraite pourraient être un des enjeux importants des prochaines élections fédérales prévues à l'automne.

En campagne en 2011, les libéraux avaient privilégié des mesures d'élargissement volontaires et obligatoires. Mercredi, M. Trudeau a affirmé qu'un gouvernement libéral en 2015 proposerait une augmentation obligatoire du Régime de pensions du Canada, disant avoir conclu à la nécessité d'une «véritable expansion (...) après réflexion et après des échanges avec les provinces».

Le chef libéral a dit vouloir suivre dans les traces de la proposition de la première ministre ontarienne, Kathleen Wynne, qui a déjà dit s'attendre à plus de «leadership» de la part du gouvernement fédéral sur cette question.

L'Ontario a adopté une législation le mois dernier pour créer son propre régime de retraite obligatoire pour les gens qui n'ont pas déjà un régime avec leur employeur - un programme qualifié de «taxe sur la masse salariale qui éliminera des emplois» par les conservateurs fédéraux.

Tant M. Trudeau que le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), Thomas Mulcair, ont raillé à l'idée que les conservateurs puissent vraiment aller de l'avant avec des mesures d'épargne volontaire.

«Comme vous le savez, ils ont fermé la porte à cela ces neuf dernières années et demie», a dit M. Mulcair, dont le parti a plaidé depuis longtemps pour une augmentation obligatoire des contributions au Régime de pensions du Canada.

Un porte-parole du ministre fédéral des Finances, Joe Oliver, a affirmé que le gouvernement avait envoyé des lettres concernant la proposition à chacune des provinces plus tôt cette semaine. Le porte-parole n'a pas voulu fournir un exemplaire de ces lettres, ou donner plus de détails sur leur contenu.

Tout changement au régime nécessiterait l'approbation de sept provinces représentant les deux tiers de la population du pays.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer