NPD: un feu de paille. Vraiment?

À quelque six mois du déclenchement des prochaines... (Photo André Pichette, La Presse)

Agrandir

À quelque six mois du déclenchement des prochaines élections fédérales, la normalité, selon le dernier sondage réalisé pour La Presse par la firme CROP, c'est que le NPD s'enracine au Québec et qu'il ne cédera pas sa place facilement aux libéraux de Justin Trudeau, au Bloc québécois de Mario Beaulieu ou encore aux conservateurs de Stephen Harper.

Photo André Pichette, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(OTTAWA) Au lendemain du scrutin du 2 mai 2011, plusieurs stratèges politiques se demandaient à voix haute si la vague orange qui a fait élire un nombre sans précédent de 59 députés du NPD au Québec se retirerait aussi rapidement aux élections générales de 2015.

Certains n'hésitaient pas à prédire que cette percée historique du NPD dans la Belle Province durerait aussi longtemps qu'un feu de paille. Plusieurs candidats étaient des néophytes en politique, certains n'avaient même pas fait campagne alors que d'autres encore n'avaient pas mis les pieds dans leur circonscription, optant pour des vacances à Las Vegas, par exemple.

En somme, il y aurait enfin un juste retour à la normale après le prochain rendez-vous électoral.

Or, à quelque six mois du déclenchement des prochaines élections fédérales, la normalité, selon le dernier sondage réalisé pour La Presse par la firme CROP, c'est que le NPD s'enracine au Québec et qu'il ne cédera pas sa place facilement aux libéraux de Justin Trudeau, au Bloc québécois de Mario Beaulieu ou encore aux conservateurs de Stephen Harper.

Le NPD est donc devenu, quatre ans après cette fameuse vague orange, un feu de paille qui ne veut pas mourir. Dans l'ensemble du Québec, le NPD arrive en tête avec 30% des appuis, selon CROP, tandis que le Parti libéral est deuxième avec 29%. Le Parti conservateur et le Bloc québécois sont ex aequo avec 18% des voix. L'appui au NPD n'a fléchi qu'une seule fois sous la barre des 30% depuis un an, et c'était en mai 2014 (29%).

C'est chez les électeurs francophones que le NPD fait le plein d'appuis. En effet, les troupes de Thomas Mulcair sont le choix de 33% des électeurs francophones. Ce sont ces derniers, faut-il le rappeler, qui détermineront le vainqueur dans la majorité des 78 circonscriptions du Québec qui seront représentées à la Chambre des communes aux prochaines élections.

Justin Trudeau

À cet égard, les nouvelles sont mauvaises pour les libéraux de Justin Trudeau. Car seulement 23% des électeurs francophones se disent prêts à appuyer le Parti libéral au prochain scrutin, deux petits points de pourcentage de plus que le Bloc québécois (21%) et cinq de plus que le Parti conservateur. En un mois, le Parti libéral a donc perdu six points d'appui chez les francophones. La chute est plus importante encore si on remonte jusqu'au mois d'août dernier: 11 points. Les libéraux tirent leur force au Québec de leurs appuis chez les non-francophones (50%).

Visiblement, l'étoile de Justin Trudeau a perdu de son lustre au Québec. Dans la catégorie du leader qui serait le plus apte à occuper les fonctions de premier ministre, le chef libéral est le choix de 21% des Québécois, son pire score depuis deux ans. En février, il obtenait la confiance de 23% des répondants, tandis qu'il était le choix de 29% en décembre. En revanche, 29% des Québécois croient que Thomas Mulcair a l'étoffe pour devenir premier ministre du Canada - un bond de quatre points en un mois. Stephen Harper arrive troisième avec 16%.

La performance en dents de scie de Justin Trudeau depuis l'automne dernier, notamment au sujet de la mission canadienne en Irak et du projet de loi antiterroriste, explique en partie ces chiffres. Mais la marque libérale sur la scène fédérale est indubitablement affectée par les décisions difficiles que doit prendre le gouvernement Couillard à Québec pour rétablir l'équilibre budgétaire.

Pendant ce temps, le Parti conservateur montre des signes de regain de vie depuis quelques mois, en particulier dans la région de Québec, où il obtient 41% des voix selon le dernier coup de sonde de CROP, un bond de trois points en un mois. Le Parti conservateur récolte ainsi les fruits des nombreuses visites de Stephen Harper et de ses ministres dans la capitale nationale depuis quelques mois. La position ferme du gouvernement conservateur sur le port du niqab durant les cérémonies de prestation de serment lui a aussi permis de consolider sa position de tête à Québec.

Au cours des trois dernières décennies, les Québécois ont provoqué trois vagues sur la scène fédérale: la vague conservatrice de 1984, la vague bloquiste de 1993 et la vague orange de 2011. Et à l'élection qui a suivi ces trois vagues, ils sont demeurés majoritairement fidèles à leurs instincts électoraux. Le dernier sondage CROP laisse entrevoir que le scrutin de 2015 s'inscrira dans cette même logique.

Intentions de vote au Québec

NPD: 30%

Parti libéral 29%

Parti conservateur 18%

Bloc québécois 18%

CHEZ LES FRANCOPHONES

NPD 33%

Parti libéral 23%

Bloc québécois 21%

Parti conservateur 18%

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer