Le partage de renseignements fiscaux avec les États-Unis inquiète

Le Internal Revenue Service (IRS) aux États-Unis exigerait même... (Photo Susan Walsh, AP)

Agrandir

Le Internal Revenue Service (IRS) aux États-Unis exigerait même des citoyens à double nationalité vivant au Canada et sans empreinte financière au sud de la frontière de remplir une déclaration, à défaut de quoi ils pourraient faire face à des pénalités.

Photo Susan Walsh, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Julian Beltrame
La Presse Canadienne
Ottawa

Le Commissaire à la protection de la vie privée du Canada presse le gouvernement fédéral de protéger les informations personnelles des Canadiens touchés par une nouvelle entente avec Washington sur le partage de renseignements fiscaux.

La commissaire intérimaire Chantal Bernier soutient qu'une controversée entente bilatérale, dont le but est de se conformer à une nouvelle loi fiscale mise de l'avant aux États-Unis, pourrait permettre aux autorités américaines de récolter trop de renseignements financiers touchant des Canadiens ayant la double citoyenneté.

Le «Foreign Account Tax Compliance Act», qui cible des contribuables américains ayant des comptes internationaux, exigerait même des citoyens à double nationalité vivant au Canada et sans empreinte financière au sud de la frontière de remplir une déclaration au Internal Revenue Service (IRS) des États-Unis, à défaut de quoi ils pourraient faire face à des pénalités.

Un comité de la Chambre des communes étudie une entente entre Ottawa et Washington, incluse dans un projet de loi omnibus du gouvernement fédéral, qui forcerait les banques à faire état de comptes appartenant à «des personnes des États-Unis» à l'Agence du revenu du Canada qui aviserait ensuite l'IRS.

Devant le comité, Mme Bernier a affirmé qu'il existait des risques d'abus. Elle a demandé au gouvernement fédéral de renseigner avec précision les banques sur les informations qui sont nécessaires, et de s'assurer que des contrôles «technologiques appropriés» soient mis en place.

John Richardson, un avocat de Toronto qui conseille les Canadiens sur les répercussions de la loi américaine, affirme que l'entente pourrait avoir des conséquences cauchemardesques pour environ un million de Canadiens, dont plusieurs ne savent même pas qu'ils sont considérés comme des «personnes des États-Unis» par l'IRS.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer