Exclusif

Direction du Bloc québécois: Landry ne ferme pas la porte

Bernard Landry... (PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Bernard Landry

PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Bernard Landry n'écarte pas la possibilité de succéder à Daniel Paillé à la tête du Bloc québécois, mais seulement « dans certaines conditions », a appris La Presse.

« Il faudrait qu'il y ait une pression énorme de la part des députés, de la population... Ce que je ne prévois pas », a-t-il déclaré lors d'un entretien téléphonique mardi.

Le nom de M. Landry a commencé à circuler dès lundi comme l'un des remplaçants potentiels de M. Paillé, qui a annoncé sa démission en raison de problèmes de santé. 

L'ancien premier ministre du Québec a affirmé qu'il n'a « jamais songé à diriger le Bloc ».

« Je suis au service de la cause de l'indépendance dans la meilleure position où je peux rendre service, a-t-il toutefois ajouté. C'est ma façon de voir les choses. »

Celui qui a dirigé le Parti québécois de 2001 à 2005 a précisé que personne ne l'a encore approché au sein du Bloc et qu'il serait même surpris si quelqu'un le faisait. « Si je n'y ai pas pensé moi-même, il n'y a pas grand monde qui a pu y penser », a-t-il dit. 

Le Bloc toujours pertinent

Âgé de 76 ans, Bernard Landry estime que son âge ne l'empêcherait pas de diriger le parti souverainiste à Ottawa.  « Ça peut être pris en compte. Sauf que la population vieillit. Je me rapproche de la moyenne, comme on dit. »

Il s'est par ailleurs dit convaincu de la pertinence du Bloc québécois, encore aujourd'hui et malgré son contingent réduit de députés à la Chambre des communes.

« Je suis toujours un partisan du Bloc et j'espère que quelqu'un de déterminé prendra la relève », a-t-il affirmé.

Il a souligné qu'il avait lui-même contribué à fonder la formation politique au début des années 1990. « Jacques Parizeau m'avait confié le mandat de mettre sur pied une équipe. Je suis allé chercher des conservateurs. Je pense que j'en avais ramassé 10 », se souvient celui qui milite toujours activement pour la cause souverainiste. 

Il a rendu hommage au travail effectué par Daniel Paillé dans des conditions difficiles. Il croit que le prochain chef devrait être « quelqu'un de profondément convaincu et motivé, dont le discours convaincra et motivera d'autres ».

« Le nouveau chef du Bloc devrait passer beaucoup de temps auprès des citoyens, auprès de la population, par les médias ou en direct, pour relancer une aventure qui est quand même nécessaire à l'équilibre politique québécois », a-t-il ajouté. 

Duceppe ferme la porte

Le nom de Gilles Duceppe faisait aussi partie de ceux qui ont été évoqués depuis lundi. Mais l'ancien chef bloquiste a complètement fermé la porte à cette possibilité, mardi.

L'ancien député bloquiste Pierre Paquette a lui aussi écarté l'idée de se porter candidat. 

D'autres noms de successeurs potentiels incluent les députés André Bellavance et Jean-François Fortin.

Les hautes instances du Bloc québécois doivent se rencontrer en janvier pour déterminer la manière dont le prochain chef sera choisi.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer