Mali: Ottawa convoque une rencontre diplomatique

Le ministre des Affaires étrangères, John Baird, accueillera les ambassadeurs... (Photo AFP)

Agrandir

Photo AFP

Partager

Mike Blanchfield
La Presse Canadienne
Ottawa

Le ministre des Affaires étrangères, John Baird, accueillera les ambassadeurs de la France, du Mali et du bloc économique de l'Afrique de l'Ouest pour des discussions à Ottawa, mercredi après-midi, sur les combats sévissant au Mali.

M. Baird a convoqué la rencontre, qui doit se tenir aux bureaux des Affaires étrangères, alors que l'armée canadienne vient de dépêcher un avion de transport CC-177 Globemaster III pour aider les forces combattant une insurrection islamiste dans ce pays. Le soutien canadien doit être uniquement d'ordre logistique, et aucun soldat ne doit prendre part à des opérations sur le terrain.

Également mardi, M. Baird a demandé à l'ambassadeur du Canada au Mali d'appeler les militaires au pouvoir à travailler à rétablir la démocratie dans ce pays africain à la suite du coup d'État de mars dernier.

Un porte-parole de M. Baird, Rick Roth, a affirmé que l'ambassadeur Louis de Lormier ferait valoir aux autorités que l'instabilité causée par le coup de mars 2012 avait ouvert la voie à la prise de contrôle du nord du pays par un groupe lié à Al-Qaïda.

Ce message diplomatique sera livré aux autorités maliennes sous la forme d'une démarche, ou d'une note, souvent utilisée pour signifier son désaccord avec les façons de faire d'un autre pays.

Le ministre des Affaires... (Photo La Presse Canadienne, Lars Hagberg) - image 2.0

Agrandir

Photo La Presse Canadienne, Lars Hagberg

Un avion de transport Hercule C-17 des Forces armées canadiennes a finalement décollé de la base militaire de Trenton, en Ontario, mardi matin, en direction de la France, d'où il gagnera ensuite le Mali.

Mercredi, à Ottawa, M. Baird aura la visite de l'ambassadeur malien Traore Ami Diallo, de l'ambassadeur français Philippe Zeller et de l'envoyé de la Côte d'Ivoire Goran Kouame. Ce dernier pays occupe actuellement la présidence rotative de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO).

Une source avait indiqué à La Presse Canadienne, sous le couvert de l'anonymat, avant l'annonce officielle de la rencontre, que celle-ci servirait surtout à écouter ce que ces invités auront à dire sur la situation au Mali.

L'aide canadienne fait suite à une demande d'assistance formulée par Paris, et est qualifiée de soutien logistique essentiel et nécessaire. Lundi, le premier ministre Stephen Harper a précisé que les soldats canadiens ne participeront à aucune intervention directe contre les rebelles armés du Mali.

Des groupes liés à Al-Qaïda ont pris le contrôle du nord du pays et fait des avancées vers le sud. Selon les Nations unies, des dizaines de milliers de civils ont fui les zones de combat. La France a commencé des frappes aériennes la semaine dernière contre les rebelles et tente de freiner leur progression.

«Le coup en mars 2012 a sapé les progrès du Mali en tant que démocratie et a offert une ouverture aux extrémistes islamistes qui a eu des conséquences dévastatrices», a soutenu le porte-parole de M. Baird.

Le Canada souhaite que le Mali tienne des élections libres et justes dès que possible pour rétablir la confiance de la communauté internationale.

«Nous voulons les encourager à ne pas perdre de vue, ou minimiser, le besoin pour le Mali de revenir à une règle de droit constitutionnel et démocratique», a dit le porte-parole.

Le départ de l'avion Hercule C-17 a été retardé de plusieurs heures après qu'un problème détecté lors d'une vérification de routine eut entraîné son remplacement par un autre appareil. Tout en soulignant que le problème n'était pas sérieux, un porte-parole de l'armée de l'air a expliqué qu'on avait décidé d'utiliser un autre appareil pour des raisons de sécurité.

L'énorme avion à réaction a finalement pris la direction de Istres-Le Tubé, une base importante et multifonctionnelle de l'armée de l'air française située au nord-ouest de Marseille. Il sera ensuite utilisé pour transporter du matériel, des provisions et de l'équipement à Bamako, la capitale du Mali.

Le gouvernement canadien précise que l'avion servira uniquement à des fins d'approvisionnement pendant une semaine, et qu'il ne s'approchera pas des zones de combat, dans le nord du pays.

«Le Canada soutient le retour d'un gouvernement au Mali dont la légitimité politique s'accomplira par l'entremise d'élections libres et justes, tel qu'appuyé par le Conseil de sécurité», a souligné M. Roth.

Le ministre canadien de la Défense, Peter MacKay, s'est rendu mardi matin à la base de Trenton à l'occasion du décollage de l'avion. Il a exprimé sa fierté de venir en aide à l'allié français dans cette cause.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer