Coderre a reçu des dons d'origine douteuse

Denis Coderre a tenu à préciser jeudi que... (Photo La Presse Canadienne)

Agrandir

Denis Coderre a tenu à préciser jeudi que bon nombre des dons d'individus ou d'entreprises mis en cause par des enquêtes policières lui ont été faits lorsqu'il siégeait dans l'opposition et qu'il lui aurait ainsi été impossible de leur accorder un quelconque traitement de faveur.

Photo La Presse Canadienne

Partager

(Ottawa) Alors qu'il songe à se porter candidat à la mairie de Montréal, Denis Coderre a dû se défendre jeudi d'avoir accepté des milliers de dollars en dons de la part d'entreprises et d'individus mis en cause par des enquêtes policières et par la commission Charbonneau.

Le député libéral de Bourassa, qui a affirmé que «Montréal mérite mieux» à la lumière des révélations explosives devant la commission Charbonneau, a laissé peu de doute quant à son intention de briguer la mairie de Montréal cette semaine. Devant les journalistes, mercredi, il a qualifié de «désolantes» les révélations de la commission Charbonneau qui éclaboussent l'administration de Gérald Tremblay.

Or, une compilation des dons à l'association libérale de la circonscription de Bourassa, que représente M. Coderre à la Chambre des communes depuis 15 ans, démontre qu'elle a reçu depuis 2001 des milliers de dollars d'entreprises et d'individus montrés du doigt dans des affaires de corruption, de transactions immobilières douteuses et d'évasion fiscale.

Parmi ceux-ci, on compte l'entreprise Infrabec de Lino Zambito, Elio Pagliarulo, qui a témoigné devant la commission Charbonneau la semaine dernière, ainsi que Gino Lanni, mis en cause par cette même commission et actionnaire d'une entreprise qui s'est reconnue coupable d'évasion fiscale le printemps dernier (voir texte ci-contre).

Dons légaux

Ces dons ont été faits en toute légalité, mais selon une experte, ils soulèvent des questions sur la capacité de M. Coderre à se présenter comme celui qui saura faire le ménage au moment où l'administration de Montréal est secouée par une crise de confiance.

«Il traîne le boulet d'une certaine culture du financement des partis politiques, du financement plus ou moins occulte, plus ou moins clair, plus ou moins transparent qui tourne autour des partis politiques et des élus parfois», a affirmé la professeure Danielle Pilette, spécialiste du monde municipal à l'UQAM.

En revanche, cette situation n'empêcherait pas M. Coderre d'être élu maire de Montréal, selon elle. Surtout s'il décide de lancer son propre parti politique pour se distancier de l'héritage d'Union Montréal, a-t-elle dit.

Sans influence

Pour sa part, M. Coderre a déclaré à La Presse que ces dons n'ont en rien influencé ses décisions ni comme ministre sous Jean Chrétien et Paul Martin ni en tant que député à la Chambre des communes.

«Je ne pense pas que je puisse être acheté pour 500$. Je ne vais pas mettre mon intégrité en jeu pour un billet de 500$ dans un événement de financement», a dit M. Coderre.

Il a dit avoir été surpris d'apprendre les allégations qui éclaboussent certaines personnes qui ont fait des dons à son association libérale de Bourassa.

«Quand j'ai vu le nom d'Elio [Pagliarulo], c'est sûr que si je regarde cela aujourd'hui, cela m'écoeure», a dit M. Coderre.

Il a aussi souligné que bon nombre de ces dons lui ont été faits lorsqu'il siégeait dans l'opposition et qu'il lui aurait ainsi été impossible d'accorder un quelconque traitement de faveur à qui que ce soit.

«Il y a un comité de financement qui vend des billets. Ces gens-là, je ne les connais pas. Les allégations sur eux sortent maintenant à la Commission», a-t-il dit.

M. Coderre a soutenu qu'il faut revoir de fond en comble le financement politique sur la scène municipale. À titre d'exemple, il a suggéré de faire plus de place aux dons par internet. Il faut aussi, selon lui, créer un poste d'inspecteur général chargé de surveiller les activités de la Ville.

«Je pense même qu'il faut réfléchir à la nécessité ou non d'un parti politique. Est-ce qu'on a besoin de partis politiques sur la scène municipale? Quand je vois des choses comme ça, ça me répugne. Alors il faut changer les façons de faire.»

***

Quelques donateurs à l'association libérale de Bourassa

Lino Zambito

Infrabec, entreprise de Lino Zambito, a versé 2500$ à la caisse électorale de M. Coderre en 2003. À cette époque, les dons des entreprises étaient permis par la loi. Devant la commission Charbonneau, M. Zambito a admis avoir participé à un système de trucage d'appels d'offres à Montréal qui a permis à la mafia, au parti Union Montréal du maire Gérald Tremblay ainsi qu'à des fonctionnaires municipaux corrompus de toucher de généreuses ristournes. L'ex-femme de M. Zambito, Louise Thériault, a fait deux dons totalisant près de 950$ en 2007.

Elio Pagliarulo

Elio Pagliarulo, ancien partenaire d'affaires de Paolo Catania dans une entreprise de prêts usuraires, a versé 472,50$ à la caisse de l'association libérale fédérale de Bourassa en mai 2007. Devant la commission Charbonneau, la semaine dernière, il a affirmé que l'ancien bras droit du maire Tremblay Frank Zampino a empoché 555 000$ en pots-de-vin en lien avec la vente du Faubourg Contrecoeur.

Gino Lanni

Gino Lanni, un des actionnaires de Groupe Séguin (devenu Génius), a donné près de 1000$ en 2007 à l'association libérale de Bourassa. Au printemps dernier, Groupe Séguin s'est reconnu coupable d'avoir réclamé des dépenses fictives de 165 000$ grâce à un stratagème de fausses factures durant l'année financière 2009. Devant la commission Charbonneau, un témoin, Martin Dumont, a soutenu que M. Lanni s'est maintes fois rendu à la permanence d'Union Montréal pour y rencontrer le responsable du financement, Bernard Trépanier.

Donato Tomassi

Des proches de l'ex-ministre Tony Tomassi, accusé d'avoir fait des dépenses personnelles avec une carte de crédit appartenant à l'agence de sécurité BCIA, propriété de Luigi Coretti, ont également versé des centaines de dollars en dons. Le Groupe Genco, qui appartient au père de M. Tomassi, Donato Tomassi, a versé près de 900$ en 2001. Donato Tomassi a donné 2165,70$ à l'association libérale de M. Coderre en 2003 et 470$ en septembre 2008. La femme de Tony Tomassi, Clementina Teti, a aussi donné 470$ en septembre 2008.

Petra

L'entreprise Petra, dont l'un des propriétaires est l'homme d'affaires Giuseppe Borsellino, a signé un chèque de 898,52$ en 2001 à l'association libérale de Bourassa. Les autorités municipales de Montréal ont demandé à l'escouade Marteau d'enquêter sur la vente d'un immense terrain municipal de Rivière-des-Prairies à l'entreprise Petra.

Catcan

Catcan, autre firme éclaboussée par la commission Charbonneau, a donné 216$ en 2003. Selon le témoignage de l'ex-fonctionnaire Gilles Surprenant, également connu sous le nom de Monsieur TPS, Catcan a pris part à un stratagème visant à facturer de «faux extras» à la Ville de Montréal pendant plusieurs années.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer