Le NPD sur la défensive

La chef intérimaire du NPD, Nycole Turmel, a... (Photo: Adrian Wyld, PC)

Agrandir

La chef intérimaire du NPD, Nycole Turmel, a terminé la session parlementaire sur la défensive.

Photo: Adrian Wyld, PC

(Ottawa) Le NPD n'est pas un feu de paille au Québec, affirme la chef intérimaire du parti. Nycole Turmel a terminé la session parlementaire sur la défensive, sa formation hantée par des sondages qui montrent une perte de popularité dans la province.

La remplaçante temporaire de Jack Layton et ses députés ont vanté leur travail et dénoncé le piètre bilan du gouvernement, au moment d'entamer une pause hivernale de six semaines qui s'est amorcée hier après-midi pour les députés fédéraux.

Attawapiskat, le protocole de Kyoto, le registre des armes à feu, le projet de loi C-10, la Commission canadienne du blé, Tony Clement et les dépenses du G8... Les exemples de la mauvaise gestion de Stephen Harper et de ses ministres sont légion, ont-ils martelé.

«C'est une question de temps: les Canadiens vont se fâcher, ils vont envoyer des messages», a affirmé Mme Turmel, au moment de faire le point sur les derniers mois, en conférence de presse.

Perte d'appuis au Québec

Mais pour l'instant, ce qui transparaît dans les sondages, c'est que son parti perd des appuis au Québec. Mardi, la maison Harris-Decima a indiqué que le NPD et le Bloc québécois étaient côte à côte, à 26% des intentions de vote. Un sondage CROP - La Presse publié aujourd'hui (voir autres textes) montre que le NPD se situe plutôt à 36% - ce qui représente tout de même un net recul après le sommet de 53% des intentions de vote atteint en juin dernier.

«Je ne regarde pas les sondages, je regarde ce que je fais et ce qu'on fait comme parti», a affirmé vigoureusement Mme Turmel hier. Ses députés ont envoyé un message semblable: «Je vais vous avouer que je me concentre sur le travail à faire. Je n'ai vraiment pas eu le temps de me pencher en détail sur les sondages», a déclaré Hélène Laverdière, qui a battu Gilles Duceppe le 2 mai dans sa circonscription.

De toute évidence et comme Mme Turmel l'a elle-même reconnu cette semaine, la période d'adaptation des néo-démocrates à leur nouveau statut d'opposition officielle, au moment même où Jack Layton est mort, a été difficile.

Selon le Bloc québécois, le NPD souffre d'avoir mal représenté les intérêts du Québec au cours des derniers mois notamment dans l'affaire de la nomination d'un juge unilingue anglophone à la Cour suprême et celle du chantier naval Davie, qui s'est révélé le grand perdant dans l'attribution d'importants contrats militaires.

«Les Québécois s'aperçoivent qu'ils ont élu peut-être des députés qui, à un moment donné, ne portent pas leurs voix comme ils le voudraient ici en cette Chambre», a analysé le député bloquiste André Bellavance.

Nycole Turmel demeure au contraire convaincue que ses troupes sauront rattraper les appuis perdus. «Ce n'est pas un feu de paille, le NPD au Québec», a-t-elle lancé.

«Nous allons vaincre les conservateurs en 2015 et nous allons continuer dans la voie tracée par Jack Layton afin de former le prochain gouvernement.»




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer