Des manifestants «torse nu» viennent haranguer Rob Ford

Rob Ford... (Photo Darren Calabrese, Reuters)

Agrandir

Rob Ford

Photo Darren Calabrese, Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Toronto

Un groupe de «manifestants torse nu» ont investi une conférence de presse de Rob Ford, mardi matin, réclamant la démission du maire de Toronto.

Les manifestations «à torse nu» se multiplient depuis que le maire a été pris à partie lors du défilé de la fête du Canada par un jogger sans chemise, devant les caméras de télévision.

Le maire Ford s'adressait aux médias, mardi, pour exprimer son opposition à un projet de transport en commun, mais il a été éclipsé par le groupe de manifestants, peu nombreux mais fort bruyants, qui se sont placés autour du maire pour réclamer sa démission.

Celui-ci a dit ne pas être dérangé par le groupe, affirmant qu'ils pouvaient manifester autant qu'ils le voudraient. La chaîne Citytv a cependant rapporté que son «parrain de sobriété» a été réprimandé par un policier pendant la conférence après qu'il eut apparemment donné un coup de pied à l'un des manifestants.

«Si vous voulez que je vous aide, vous ne pouvez pas lui donner de coup de pied», peut-on voir un policier dire partiellement devant la caméra, dans une vidéo publiée par la chaîne sur son site internet. «Je vous ai vu lui donner un coup de pied, je l'ai vu», aurait poursuivi le policier hors caméra, selon Citytv, qui a précisé qu'aucune accusation n'avait été déposée après l'incident.

John Furr, qui a organisé la manifestation par le biais de Twitter, a indiqué que le message de son groupe était que «le Torontois moyen en a assez».

«Nous devons mettre fin à la fable véhiculée par les Ford voulant qu'il soit traité comme une vedette rock partout où il va, a déclaré l'homme de 52 ans. La plupart des gens le fuient comme la peste.»

M. Furr a précisé qu'il s'agissait de la deuxième manifestation du groupe, la première ayant eu lieu vendredi devant les studios de la station Newstalk 1010, où le maire accordait une entrevue.

Connie Boudens, âgée de 52 ans, faisait partie des manifestants mardi. Elle accuse l'administration Ford de manquer de transparence, ajoutant qu'il n'avait «pas pris ses responsabilités relativement aux choses qu'il a faites dans le passé».

Depuis son retour, la semaine dernière, d'une cure de désintoxication de deux mois, M. Ford a donné une poignée d'entrevues mais refuse systématiquement de répondre aux questions des journalistes affectés à l'hôtel de ville sur son usage d'alcool et de stupéfiants, sur son entourage et sur les remarques désobligeantes qu'il a faites.

«Nous avons tous cru, lorsque Rob Ford est revenu de sa cure de désintoxication, que les choses allaient changer», a expliqué Mme Boudens, accusant son administration de toujours agir dans le secret. «Il y avait toutes ces questions auxquelles la population exigeait des réponses. Maintenant qu'il est de retour, c'est redevenu un cirque.»

À l'issue de la conférence de presse, le maire a dit qu'il ne répondrait qu'aux questions sur la proposition de transport en commun - il y en a eu deux -, mais il a aussi répondu à une question sur la présence des manifestants, avant de quitter les lieux.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer