Dominique Anglade quitte la CAQ et passe à Montréal International

Dominique Anglade a porté les couleurs de la... (Photo: Robert Skinner, La Presse)

Agrandir

Dominique Anglade a porté les couleurs de la CAQ dans Fabre lors des dernières élections.

Photo: Robert Skinner, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(QUÉBEC) Coup dur pour François Legault : Dominique Anglade quittera la présidence de la Coalition avenir Québec (CAQ), à la mi-novembre, et ne militera plus activement au sein du parti. Elle devient PDG de Montréal International.

Le président du conseil d'administration de l'organisme, Normand Legault, a annoncé la nomination de Mme Anglade par voie de communiqué vendredi.

Dominique Anglade a porté les couleurs de la CAQ dans Fabre lors des dernières élections. Elle a perdu aux mains du libéral Gilles Ouimet. Elle est présidente de la CAQ depuis janvier 2012. Elle quittera son poste au terme de son mandat, au congrès de la mi-novembre.

Diriger Montréal International, « c'est une continuité pour moi dans mon parcours, a-t-elle expliqué à La Presse. J'ai toujours été dans le milieu des affaires et impliquée dans la communauté en parallèle. La politique, c'est une continuité dans mon implication communautaire mais ça ne comprend pas l'aspect plus affaires. Et là, mon rôle combine les affaires et l'aspect de bien public, ce qui est une combinaison plutôt rare. » Montréal International, issu d'un partenariat public-privé, a comme mandat d'attirer des investissements étrangers dans la métropole et d'accroître son rayonnement à travers le monde.

« Comme PDG de Montréal International, il faut que j'aie un devoir de réserve », a dit Dominique Anglade pour expliquer la fin de son implication active au sein de la CAQ.

« Oui, il y a une perte pour la CAQ, mais François Legault a été impeccable. Il a été le premier à dire que c'était une belle opportunité à saisir. Il n'a pas essayé de me retenir », a-t-elle ajouté, rappelant que l'une des priorités du chef caquiste est d'attirer des investissements étrangers au Québec.

Elle ne sera pas candidate à des élections « à court terme », mais elle ne ferme pas la porte à un retour éventuel en politique active.

Cette ingénieure de formation a notamment travaillé pour la firme de consultants McKinsey. Elle détient une maîtrise en administration des affaires (MBA) de HEC Montréal.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer