Denis Coderre veut investir 500 000 $ dans les calèches

Les élus de l'arrondissement de Ville-Marie devront approuver,... (Photo Martin Chamberland, Archives La Presse)

Agrandir

Les élus de l'arrondissement de Ville-Marie devront approuver, ce soir, le financement de différentes mesures visant à améliorer l'industrie l'an prochain, comme l'aménagement de postes d'attente, le micropucage des bêtes, la formation et le port de l'uniforme chez les cochers.

Photo Martin Chamberland, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Après avoir tenté sans succès de les bannir des rues du Vieux-Montréal l'été dernier, voilà que le maire Denis Coderre veut investir 500 000 $ pour remettre l'industrie des calèches en selle. L'opposition officielle éprouve cependant « un grand malaise » à subventionner des balades de touristes qui coûtent 85 $ de l'heure.

Les élus de l'arrondissement de Ville-Marie (dont M. Coderre est aussi le maire) devront approuver, ce soir, le financement de différentes mesures visant à améliorer l'industrie l'an prochain, comme l'aménagement de postes d'attente, le micropucage des bêtes, la formation et le port de l'uniforme chez les cochers.

« Considérant qu'il y a 24 permis de calèche à Montréal, ça fait 20 000 $ par calèche ! », s'insurge la nouvelle chef de Projet Montréal, Valérie Plante, qui siège également au conseil d'arrondissement de Ville-Marie.

« Le maire dit que les Montréalais sont attachés aux chevaux, mais je crois qu'il est déconnecté de la réalité. Il y a des besoins beaucoup plus criants à Montréal, comme les transports en commun », ajoute-t-elle.

« Je comprends mal le plan du maire, qui avait décidé de tirer la plogue sur l'industrie de la calèche en effectuant un moratoire, et six mois plus tard, il décide d'y investir massivement. »

Selon des documents destinés aux élus de l'arrondissement de Ville-Marie, 96 900 $ seront utilisés pour aménager des postes d'attente qui permettront d'augmenter le bien-être des chevaux, la propreté des lieux et la qualité du service. Les documents, rendus publics hier, mentionnent aussi que « de nouvelles infrastructures temporaires » pour soutenir le fonctionnement dans un nouveau cadre « garantissant le bien-être des chevaux » sont prévues dès 2017.

Selon Valérie Plante, le maire Coderre agit une fois de plus en totale improvisation. « Pour l'instant, il y a deux joueurs dans cette industrie-là. Avant d'investir autant de fonds publics, il faut faire des vérifications », ajoute- t-elle.

«Repartir à zéro»

En mai dernier, le maire Coderre a annoncé qu'il imposait un moratoire d'un an sur la présence des calèches à Montréal, le temps de revoir les règles en vigueur. Il n'avait pas officiellement annoncé la disparition permanente des calèches, mais plutôt son intention de « repartir à zéro », choqué par un accident entre une calèche sans cocher et une voiture. Le maire Coderre avait cependant longuement insisté sur l'idée de construire un centre d'interprétation du cheval ou une écurie dans le Vieux-Montréal en 2017 plutôt que sur le retour en force de la calèche.

Les propriétaires ont finalement réussi à annuler le moratoire l'été dernier en obtenant une décision favorable devant les tribunaux.

« Il n'a jamais été question d'abolir les calèches. Il y avait une intention de prendre une pause d'une année pour nous permettre de réfléchir à une politique du cheval », dit aujourd'hui l'attaché de presse du maire, Marc-André Gosselin. « Ce qui se passe est dans la même veine. Une somme d'argent a été réservée pour mettre en oeuvre ces changements et améliorer la condition des chevaux. Les abris ne sont que la première action en ce sens », a-t-il ajouté.

L'arrondissement de Ville-Marie affirme que ses équipes travaillent encore à élaborer cette politique du cheval pour l'été prochain.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer