Exclusif

Le retour des Expos en garde partagée?

Comme tous les autres projets de retour des... (PHOTO OLIVIER JEAN, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Comme tous les autres projets de retour des Expos évoqués au fil des ans, celui-ci implique la construction d'un nouveau stade: une équipe «codétenue» ne jouerait pas au Stade olympique.

PHOTO OLIVIER JEAN, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

C'est un secret de Polichinelle: la chute du dollar canadien a refroidi les ardeurs des partisans du retour des Expos. Mais le projet n'est pas mort pour autant.

La construction d’un nouveau stade au bassin Peel... (IMAGE FOURNIE PAR ETIENNE COUTU) - image 1.0

Agrandir

La construction d’un nouveau stade au bassin Peel est une condition sine qua non au projet.

IMAGE FOURNIE PAR ETIENNE COUTU

D'importants acteurs du monde des affaires réfléchissent à une nouvelle proposition: acheter la moitié des Rays de Tampa Bay... pour qu'ils jouent la moitié de leurs matchs à Montréal.

Selon les informations obtenues par La Presse, l'idée d'une «codétention» des Rays avec les propriétaires actuels circule en coulisse, non plus pour déménager complètement l'équipe à Montréal, mais pour en avoir la «garde partagée», en quelque sorte.

Les Rays joueraient la moitié de leurs matchs de la saison «régulière» à Montréal et l'autre moitié à Tampa. Une façon d'aider le club en Floride et de réduire la facture pour les éventuels acheteurs, ici même.

«La bouchée serait moins grosse, explique une source impliquée dans la réflexion. On n'aurait pas à signer un chèque de 600 millions US, mais plutôt de 300 millions. Ça permettrait d'amortir les dépenses, mais aussi le risque, étant donné que l'équipe serait rattachée à deux marchés en même temps.»

L'idée est originale, mais pas aussi unique qu'on pourrait le croire. Il y a bien sûr ces équipes qui jouent quelques matchs à l'extérieur. Pensons aux Bills de Buffalo, dans la NFL, qui ont joué huit matchs à Toronto ces dernières années, ou aux Expos, qui ont partagé leur temps entre Montréal et Porto Rico en 2003.

Mais il y a deux exemples qui ressemblent davantage encore à une véritable cohabitation.

Les Braves de Boston ont déjà joué quelques matchs à «domicile»... à Montréal. En 1918, la guerre minait les assistances du baseball majeur. Les Braves avaient alors tenté une expérience inusitée: jouer leurs parties du dimanche ici, dans la métropole. Une expérience qui n'a pas eu le succès escompté et qui a pris fin abruptement, après deux matchs.

Et dans la NFL, l'actuel propriétaire des Jaguars de Jacksonville songe à faire jouer son équipe chaque année en Angleterre, possiblement deux matchs par saison, ce qui ferait de Londres son second port d'attache. La hausse des revenus et de la popularité de l'équipe depuis ses incursions au Stade Wembley, ces dernières années, explique cet intérêt pour une plus grande cohabitation, selon la BBC.

Un plan à étoffer

Cela dit, ici aussi, le projet envisagé n'est qu'à l'étape de réflexion. Mais déjà, des scénarios sont échafaudés afin d'étoffer le plan d'affaires. Scénarios qui misent sur une hausse des revenus des droits de télédiffusion et des commandites.

Avec une équipe à mi-temps, on croit pouvoir maximiser la valeur totale des droits de télédiffusion, étant donné que les matchs locaux intéresseraient deux villes en même temps (les évaluations préliminaires prévoient des revenus de 15 millions, deux fois).

On table également sur une augmentation des revenus totaux de commandites, puisque chaque ville aura son commanditaire principal (on espère ainsi pouvoir allez chercher de 5 à 10 millions pour chacune des villes).

«Il n'y aurait pas de rabais de 50% pour le commanditaire, car les droits de télédiffusion seraient vendus à deux télédiffuseurs différents. C'est gagnant-gagnant!», estime une source anonyme.

Précisons que ni les propriétaires des Rays ni la Ligue de baseball majeur n'ont encore été pressentis. N'empêche, on travaille fort au sommet de Montréal inc. pour monter un modèle d'affaires qu'on espère convaincant.

Aucune proposition écrite n'a encore été produite, mais la réflexion est assez avancée pour prévoir un scénario pour les séries. On envisage ainsi une alternance pour les tours: 1re ronde à Tampa, 2à Montréal, 3à Tampa. L'année suivante, ce serait l'inverse. Quant aux revenus, ils seraient partagés moitié-moitié.

La plus grosse difficulté, croient les partisans de ce projet, sera de convaincre la Ligue. «Il faut poser la question. Surtout que cette solution pourrait s'appliquer à d'autres marchés où les assistances ne sont pas au rendez-vous.»

Mais en prenant connaissance de la proposition, il est facile de conclure que le principal noeud d'achoppement se trouve ailleurs, dans une condition sine qua non au projet: la construction d'un nouveau stade au bassin Peel. Un stade érigé pour 41 matchs plutôt que 82, avec de l'argent public possiblement.

Une quarantaine de matchs, c'est peu, non? «Il y a 82 matchs de hockey par année... 41 à Montréal. Ça ressemble pas mal au scénario envisagé pour les Rays», rétorque-t-on.

En outre, la diminution du nombre de matchs joués à Montréal permettrait de créer un effet de rareté qui augmenterait les assistances, ici comme à Tampa, croit-on. «On aurait une hausse du pourcentage de remplissage des deux stades, pour chaque match. De l'ordre de 15% de plus, en moyenne, que ce que l'on obtiendrait avec un calendrier de 82 matchs.»

L'idée de Dominic Therrien pourrait être privilégiée pour financer un nouveau stade. Cet avocat suggère d'augmenter la somme demandée aux immigrants investisseurs afin de payer pour le nouvel équipement sportif.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer